LITHIASE RENALE

C’est la présence de calculs dans les cavités excrétrices rénales responsables de douleur, infection et obstruction

les calculs se forment initialement dans le rein et suivent le conduit urinaire.ils se bloquent généralement à 3 niveaux:

-à la jonction pyelo-urétérale

-au croisement de l’uretère et des vaisseaux iliaques

-à la jonction urétéro-vésicale

les calculs sont de 4 types: calciques(80/100° , uriques(5/100) , cystiniques ( 2/100) , et calculs de struvite

l’âge d’apparition entre 30 et 50 ans

LES CAUSES:

1/sursaturation de l’urine en sels lithogènes

2/calculs calciques: hypercalciurie ; deshydratation : intoxication à la vitamine D ; hyperoxalurie ; acidose tubulaire distale

3/ calculs uriques

4/ calculs cystiniques: hemocystinurie

5/ calculs de struvite : par ph alcalin, en règle secondaire à une infection à germes uréasiques ( proteus mirabilis)

FACTEURS DE RISQUE : facteurs intrinseques (acidose tubulaire rénale ; cystinurie ; anomalies génétiques) ; et les facteurs extrinsèques ( (geographiques, climatiques , et saisonniers , faible hydratation , régime hyperprotidique, vie sédentaire)

CLINIQUE:

-parfois asymptomatique de découverte radiologique fortuite

-ou infections urinaires recidivantes

-colique nephretique avec douleur lombaire irradiant en bas et en avant sans position antalgique ou bien des acces paroxystique et une hématurie

-des signes digestifs à type d’ileus reflexe

EXAMENS BIOLOGIQUES:

. NFS ainsi qu’une fonction rénale(urée; créatinemie)

.ECBU: hématurie presque constante ; pyurie ; bactériurie ; présence de cristaux ph acide ou alcalin dans le cas de struvite

. bilan phosphocalcique

.et en fonction du contexte , mesure de l’excrétion urinaire d’oxalates et de citrates

LES EXAMENS RADIOLOGIQUES :

-ASP: face incidences obliques ): 90/100 des calculs sont radio- opaques. les calculs d’acide urique sont eux radio- transparents

  • UIV : evalue le degré de l’obstruction etc…
  • echographie rénale : pour l’appreciation du retentissement rénal
  • scanner: interet pour le diagnostic differentiel
  • urétéro-pyélographie rétrograde :rarement nécessaire en cas de doute ou d’allergie à l’iode

TRAITEMENT: sans trop m’étaler , je vous donne juste les directives :

c’ est un traiement ambulatoire et dans les cas graves hospitalisation

-sédation de la douleur

  • restriction hydrique en période douloureuse et boissons abondantes en dehors des crises
  • tamisage des urines
  • traitement de la lithiase: lithotrypsie extracorporelle ; urétéroscopie ; chirurgie à ciel ouvert etc…

ainsi que le trt selon le type de calculs ,donc nous avons :

-calcul calcique par hypercalciurie: diurétiques thiazidiques

-calcul calcique par hyper uricosurie: régime , allopurinol

-calcul calcique par hyperthyroidie primaire : chirurgie parathyroidienne

-calcul calcique par hyperoxalurie intestinale: colestyramine , charge orale en calcium

-calcul calcique idiopathique: boissons abondantes ; phosphore per os

voici donc qqs exemples mais il yen a plein d’autres ;je nepeux tous les énumérés ici .

EN CE QUI CONCERNE LE REGIME : il doit etre pauvre en graisses animales ; riche en fibres (son) ; boissons abondantes en l’absence de douleurs ; regime pauvre en methionine en cas d’hypercystinurie

QUELS SONT LES MEDICAMENTS UTILISES:

-antalgiques parfois jusqu’aux morphiniques

-anti-inflammatoires non steroidiens(AINS) en cas de colique nephretique

-antispasmodiques

-alcalinisants urinaires (bicarbonate de sodium…) pour obtenir un PH urinaire

SURVEILLANCE : par l’ASP ; UIV; tamisage des urines jusqu’au recueil des calculs ? généralement il y a régression en moins d’ un mois

COMPLICATIONS:

-obstruction complète , dilatation de la voie excrétrice et une insuffisance rénale

-l’infection et la récidive

En règle générale la guérison est de mise , 80/100 des calculs sont émis dans les 48h à 72 h. et des récidives jusqu’a 50/100 dans les 5 ans

CAS DE LA GROSSESSE:

prise en charge hospitalière ; allopurinol, D-penicillamine,certains antalgiques sont contre indiqués. les antispasmodiques doivent être evités en fin de grossesse. la colestyramine est à éviter

FIN

Anis de l’Inde

Nounkha ou l’anis de l’Inde est une dénomination latine internationale :

C’est une plante aromatique tolérant parfaitement la sécheresse , à belles ombelles de fleurs blanches donnant à maturité des graines riches en essence et à forte odeur aromatique caractéristique du thymol originaire d’Inde.

Le fruit qui fournit l’huile essentielle de nounkha ou d’ajowan est considéré comme une panacée en médecine indienne , très utilisée en cuisine indienne et libanaise dans les pains et pâtisseries, les graines sont aromatiques et légèrement piquantes, au goût de thym avec soupçon de cumin et touche de nigelle.

Propriétés de la plante : tonique , diurétiques, favorise les sécrétions salivaires, gastriques et biliaires. , augmente les mouvements peristaltiques intestinaux , diminue l’agrégation plaquettaire et est antimicrobienne.

Indication de la plante entière :

Grippe, fièvres, dyspepsies intestinales , flatulences, diarrhées et vers intestinaux.

Il est déconseillé chez l’enfant de moins de 6 ans, chez la femme enceinte ou allaitante, pas d’usage prolongé , peut donner une irritation cutanée,

le thymol ne présente pas de risque toxique qu’à de très fortes dose. Les allergies sont rares.

Remerciements

L’HYDRONEPHROSE

C’est une dilatation uni ou bilatérale des cavités pyelo-calicielles fonctionnelle ou organique par obstacle intrinsèque ou extrinsèque

il y a deux âges de prédilection: à la naissance par anomalies congenitales et après 60 ans

LES CAUSES :

-intrinsèques congenitales : sténose uréthrale ou uréthérale ; agénésie ; trouble de la dynamique urétérale ; anomalies de la moelle epinière

-intrinsèques acquises : lithiase rénale, caillot ; cancer du rein ,de la vessie , des voies urinaires ; aussi polype, sténose , phimosis ; nécrose papillaire ; urétérocèle ; traumatisme medullaire ; accident vasculaire ou tumeur medullaire ; anticholinergiques ; maladies infectieuses (mycoses , granulomes tuberculeux , bilharzioses)

-extrinsèques : pathologies rétropéritonéale (néoplasie, abcès, hématome, fibrose, anévrisme) ; maladie de chron ; lymphocèle ; hydrocèle ; pathologies gynécologiques

-fonctionnelles congénitales : mega-uretère ; syndrome de prune-belly

-fonctionnelles acquises : diabète ; grossesse ; reflus vésico-ureteral ; post-chirurgical

avec comme facteur de risque: l’irradiation , tumeur prostatique , lithiase urinaire , maladie hemorragique , médicaments (anticholinergiques , methysergide) ; facteurs favorisant une nécrose papillaire comme l’abus de médicaments antalgiques, diabète sucré , drépanocytose

LA CLINIQUE: peut etre aigue ou chronique et etre asymptomatique

-sinon se manifeste par une colique nephretique, une anomalie du volume de la diurèse qui est variable

-dysurie , mictions imperieuses

-infection urinaire

-masse abdominale

-soif et oedèmes

HTA ou majoration d’une HTA ancienne

LES EXAMENS : parfois augmentation de la creatinémie ; acidose métabolique et hyperkaliémie

A l’anatomie pathologie : nous retrouvons un cortex rénal fin, destruction de la medullaire

EXAMENS COMPLEMENTAIRES : echographie rénale ou on constate une dilatation des cavités pyelo-calicielles , lithiase ou une tumeur . l’UIV pour la localisation de l’obstacle et en fonction de la cause scanner ou IRM

TRAITEMENT : le traitement est ambulatoire et consiste en des mesures générales et des gestes de drainage que je ne vais pas detailler dans cet article , ceci relevant de gestes specialisées . je citerai les plus importants comme le drainage de l’hydronephrose pour preserver la fonction rénale ou la sonde vésicale pour une hypertrophie prostatique ou juqu’à la nephrectomie.

POUR LA SURVEILLANCE : eviter les medicaments anticholinergiques en cas d’obstruction des voies urinaires et eviter la deshydratation en cas de lithiase urinaire

LES COMPLICATIONS : à type d’infections urinaires et systémiques et l’insuffisance rénale

l’évolution est excellente en cas de levée définitive de l’obstacle avant la dégradation irréversible de la fonction rénale

NB: chez le sujet âgé l’hydronephrose est souvent dus chez l’homme aux tumeurs prostatiques.

REMERCIEMENTS

L’ENURESIE

LA DEFINITION de l’enurésie : ce sont des mictions involontaires

-énurésie nocturne : mictions involontaires durant le sommeil plus d’1 fois/mois pour les filles de plus de 5 ans et les garcons de plus de 6 ans

-énurésie diurne: mictions involontaires durant la journée

-énurésie primaire : enfants qui n’ont jamais eu de continence parfaite pendant une période prolongée (3 à 6 mois)

-énurésie secondaire: retour des mictions incontrôlées aprés une période de continence urinaire

elle survient chez 40/100 des enfants à 3 ans ; 10/100 à 6 ans ; 3/100 à 12 ans et 1/100 à 18 ans

LES CAUSES :

-énurésie primaire: savoir qu’elle est rarement un symptôme psychiatrique, neurologique ou organique. elle est habituellement fonctionnelle et non anatomique ; elle est due à la réduction de la capacité vésicale ou de contractions vésicales ; parfois malformations spinales (rare)

-énurésie secondaire ou diurne : infection urinaire ; déficience de l’hormone antidiurétique ou atteinte rénale tubulaire ; glycosurie (glucose dans les urines) ; masse pelvienne ; et malformations spinales rares

LES FACTEURS DE RISQUE étant les antecedents familiaux , le premier enfant est plus exposé que les autres

LA CLINIQUE : l’interrogatoire est important ; les habitudes mictionnelles ; préciser les nuits sèches ou les journées sèches dans le mois .

l’énurésie diurne est trés souvent associée à des impériosités, une dysurie ou des contractions vésicales non inhibés

timidité ; enfant introverti ou au contraire agressif ; rechercher aussi des conflits familiaux .

examens à faire : examen d’urine indispensable (glucose, proteine, sang, acetone ,ECBU) et test de grossesse au moindre doute

si l’origne est organique : faire une echographie rénale ou une UIV . ou si origine neurologique faire une IRM dorsolombaire

TRAITEMENT:

-réapprendre ou apprendre à l’enfant à vider sa vessie

-mictions à heures régulières

-diminuer les apports hydriques 2 heures avant le coucher

-protection du lit de l’humidité: l’enfant portera un pyjama sans couches. une serviette peut etre mise sur le lit juste au dessus d’une alèze plastifiée

-responsabilisez l’enfant pour changer son pyjama , enlevez la serviette et se remettre à sec

-encouragez l’enfant à se lever la nuit . et evitez de le punir pour des nuits mouillées , félicitez le pour les nuits sèches.

la reeducation vésicale peut etre une aide d’appoint

  • certains préconisent l’hypnose. les alarmes pipi-stop ont un bon pourcentage de succes
  • si l’énurésie pose à l’enfant des problèmes d’intégration sociale , on doit avoir recours aux traitements médicaux
  • 2 medicaments sont utilisées : imipramine ou la desmopressine uniquement prescrits par votre medecin !! car contre indications et effets secondaires

EN SURVEILLANCE : suivi tres regulier en consultation avec un soutien psychologique

FIN

LA CYSTITE

la cystite est une inflammation de la vessie, généralement d’origine bacterienne ; trés fréquente chez la femme entre 20 et50 ans ; et après 50ans chez l’homme

LES CAUSES :

-1/ les infections :- qd il y a une colonisation par voie ascendante (urètre , prostate ou vagin) ou bien une inoculation iatrogène. cette colonisation est rarement descendante comme la tuberculose ou hématogène comme la bilharziose

-les bacilles à gram négatif (escherichia coli , proteus , klebsiella ou bactéries hospitalières)

-cocci à gram positif: staphylococcus

-tuberculose plus rarement et bilharziose et adénovirus 11 et 21 à l’origine de la cystite hemorragique

2/medicaments : cyclophosphamide

3/ lithiase

4/corps etrangers chirurgicaux

5/ stagnation vésicale souvent associée à une infection

6/ cancer vésical

7/ fistule vésicale à point de départ gynécologique

8/irradiation

9/instillations intravésicale

10/ cystite interstitielle

avec comme facteur de risque le sexe feminin ; les rapports sexuels ; les antécédants d’infections urinaires ; le diabète ; l’immunodepression ; modification de la flore vaginale par les spermicides…; grossesse ; obstruction des voies urinaires ; vessie neurologique ; sondage urinaire ; oxyurose ; ménopause ; prolapsus génital

LA CLINIQUE :

-l’absence de fièvre qui , si elle existe fait suspecter une pyélonéphrite ou une prostatite

-une pollakiurie

-brûlures mictionnelles

-douleurs hypogastriques

-modification de l’aspect des urines(troubles , hemorragique)

EXAMENS COMPLEMENTAIRES : faire un E.C.B.U et une culture des urines avec antibiogramme

UN RESUME SUR LE TRAITEMENT:

-traitement etiologique

-trt d’une cystite bacterienne par antibiothérapie et boissons abondantes

-hygiène locale douce

SURVEILLANCE ET MESURES HYGIENO6DIETETIQUES : si pas d’amelioration dans les deux jours , adapter le trt à l’antibiogramme

eviter au maximum les manoeuvres invasives urologiques sinon une bonne antiseptie

LES COMPLICATIONS : diffusion de l’infection à type de prostatite , de pyelonéphrite , bactériémie ou septicémie ; les récidives ;

l’évolution est généralement bonne pour la cystite aigue bacterienne de la femme jeune ; elle reste variable selon les etiologies .

LE CAS DE LA GROSSESSE : la grossesse est un facteur de risque de cystites aigues et de pyelonéphrites qui majorent le risque d’accouchements prématurés. on recommande les trts conventionnels pendant 10 jours ou courts de 3 jours avec une aminopenicilline.

FIN

la préparation des remèdes

dans cet article , je vais vous présenter le mode d’emploi et d’utilisation des plantes donc il ya les infusions , les décoctions , les teintures et les sirops par voie interne ; en revanche les huiles macérées ,les compresses et les cataplasmes relèvent d’un usage externe. certains principes actifs des plantes sont trés sensibles dans l’eau , tandis que d’autres nécéssitent un processus d’extraction plus energique, à base d’alcool.

les infusions

une infusion est une tisane préparée en versant de l’eau bouillante sur la plante fraîche ou séchée. ce procédé est adapté aux parties fines et délicates des plantes: pétales , feuilles et autres parties aériennes.

-placez la quantité requise de plante séchée (ex la camomille sur le schéma) ou de plante fraîche hachée dans une theière .

-versez 200ml d’eau bouillante sur la plante, puis mélangez. remettez le couvercle pour pieger la vapeur et empêcher l’évaporisation de l’huile essentielle.

-laissez infuser 10 à 15 minutes

-mélangez puis versez l’infusion dans la tasse, en la filtrant.

utilisation: boire 1 tasse 3fois / jour pendant plusieurs semaines pour les affections chroniques ou jusqu’à 6 tasses / jour pendant une plus courte durée pour les affections aigues

note : les infusions se conservent mal , il est préférable de les préparer au gré de vos besoins.

les decoctions

une décoction est une tisane obtenue en faisant bouillir une plante dans l’eau. cette technique est particulièrement adaptée aux fragments les plus durs de la plante . (écorce , racines, brindilles , graines …)et permet d’en extraire un maximum de principes actifs solubles .

-broyez la quantité requise de plante séchée (ex racine de pissenlit sur le schéma) jusqu’à obtention d’une poudre épaisse

-dans une casserole, recouvrez la poudre de 500 ml d’eau froide et mélangez. portez doucement à ebullition. baissez le feu, couvrez et laissez mijoter pendant 10 à 15mn. si le feu est encore trop fort, utilisez un bain-marie.

-mélangez, puis versez dans une tasse, en filtrant.

utilisation : boire 1 tasse 3 fois/jour pendant plusieurs semaines pour les affections chroniques ou jusqu’à 6 tasses/jour sur une plus courte durée pour les affections aigues

conservation; les décoctions se conservent jusqu’à 3 jours au frais. si vous en avez le temps, il est préférable de préparer une décoction fraîche à chaque utilisation.

les teintures

beaucoup des principes actifs des plantes médicinales peuvent être extraits avec de l’alcool, qui constitue en outre un excellent conservateur . les phytothérapeutes ont recours à des extraits alcooliques liquides pour prescrire et préparer des traitements individualisés.

réservés à une utilisation professionnelle , les extraits liquides des plantes sont élaborés à partir d’une teneur élevée en éthanol. en général , 1 partie de drogue végétale est extraite dans 1 ou 2 parties d’alcool

des préparations moins concentrés , appelées teintures sont utilisées pour les plantes au goût puissant comme le gingembre , poivre de cayenne …, et pour celles devant être administrés à faibles doses comme l’absinthe.

les teintures doivent toujours être rangés dans un endroit sûr et loin des enfants et strictements interdits lorsque la prise d’alcool est contre-indiqué.

presque toutes les plantes peuvent être utilisés en teintures quelque soit la partie utilisée sauf celles qui renferment du mucilage comme la guimauve ou l’écorce d’orme rouge… qu’il vaut mieux faire macérer dans de l’eau.

deux méthodes sont utilisés pour élaborer des teintures . à partir de plantes sèches ou ligneuse , ou à partir de plantes fraîches, plus fragiles.

TEINTURES A PARTIR DE PLANTES SECHES:

-prenez 40 grammes de plantes séchés. hachez ou broyez- les jusqu’à obtenir une poudre épaisse pour augmenter la surface de pénétration du liquide ( les bâtons de cannelles sur ce schéma présentent une grande surface de contact et il n’est pas nécéssaire de les hacher)

-déposer la plante dans un grand récipent en verre avec un couvercle et versez 160 ml d’alcool ou de vodka si faits maison. la plante doit être entièrement recouverte. socker dans un endroit chaud (10à14 jours) et agitez 1ou2 fois/jour

-filtrez à travers une étamine. pressez energiquement afin d’extraire le maximum de liquide

-versez dans une bouteille en verre teinté , fermer et mettez une etiquette avec le nom de la pante et la date de préparation. cette recette permet d’obtenir 200ml de teinture environ

-utilisation : à l’aide d’un compte-goutte, versez la dose prescrite dans 60 ml d’eau. la posologie habituelle est de 3 prises par jour

-conservation de 6 à 12mois; refrigérez puis rangez dans un endroit sûr

les sirops

les sirops sont des liquides épais et sucrés aux propriétés adoucissantes , surtout utilisés pour calmer la toux et soulagez les maux de gorge .

la guimauve , la réglisse ,le thym et le marrube blanc entrent souvent dans leur composition. ils peuvent être préparés à partir d’infusions ou de décoctions mais aussi élaborée avec une teinture et dans ce cas il a plus forte action thérapeutique.

LES COMPRESSES

une compresse est un tissu imbibé d’infusion que l’on applique sur la peau. les compresses sont employées pour calmer les maux de têtes et les douleurs , desinfecter les plaies et soulager la fatigue oculaire . renouvelez la compresse à chaque utilisation.

-préparez une forte infusion de plantes séchées ,exemple les fleurs de lavande sur ce schéma avec 2 ou 3 cuillerées de café de plante séchée pour 250 ml d’eau

-couvrez et laissez infuser pendant 10 à 15 mn , ôtez le couvercle et laissez refroidir jusqu’à une température agréable

-imbibez un gant de toilette d’infusion et essorez-le ; appliquez sur la partie atteinte et recommencez l’opération

LES CATAPLASMES

un cataplasme est une préparation de plantes fraîches appliquée sur la peau. on l’utilise généralement pour le traitement d’affections musculaires ou osseuses : claquage , entorses et fractures . ou pour extraire quelque chose de la peau (enlevez une écharde ou faire mûrir un furoncle par exemple)

-hâchez la plante sèche (les feuilles de consude par ex sur la photo) en quantité suffisante pour couvrir la partie douloureuse, déposez dans un récipient et réduisez en purée avec un mixeur , en ajoutant de l’eau si nécessaire

-déposez la préparation sur une étamine pliée . étalez- la à l’aide d’une spatule de facon à répartir une couche fine sur une surface correspondant à la partie atteinte , mais avant appliquez de l’huile sur la partie atteinte pour éviter que le cataplasme colle à la peau.

appliquez le cataplasme en recouvrant le tissu d’un film pastique pour le maintenir en place. recouvrez d’une bande si nécessaire vous pouvez le renouveler au bout de qqs heures ou bien le gardez toute une nuit .

LES HUILES MACEREES

la macération lente d’une plante dans de l’huile pendant plusieurs heures ou plusieurs jours permet d’extraire les composants solubles dans l’huile. la préparation obtenue est alors appliquée localement ou intégrée à une crème ou à une pommade . cependant elles sont trés differentes des huiles essentiellles employées en aromathérapie qui elles sont extraites des plantes par distillation .

-la macération à froid convient aux plantes aux parties les plus fragiles comme les fleurs , les pétales et les feuilles . les plantes les plus souvent utilisées sont le souci pour les affections de peau comme l’eczema ; le millepertuis pour la nervosité ; la lavande et le romarin pour les douleurs musculaires.

-1/ tassez les plantes sèches, mélangez doucement ou mettez dans un pot en verre non teinté jusqu’à 1cm du bord . versez de l’huile végétale ex l’huile d’olive jusqu’à ce que les plantes soient recouvertes de 5mm, mélangez doucement.

-2/ pliez une étamine fine et placez la au dessus de l’huile. fermez le pot hermetiquement , agitez et placez le pot dans un endroit ensoleille et laissez reposer pendant 3 à 10 jours , agitez plusieurs fois par jour

filtrez l’huile à travers la compresse fine au dessus d’un pichet propre . pressez l’étamine pour extraire le maximum d’huile de la plante .

3/ verez l’huile dans un flacon en verre teinté sans y verser le depôt . fermez hermetiquement et mettez une etiquette avec le nom de la plante et la date

la conservation jusqu’ à 6 mois au frais et à l’abri de la lumière . jetez la préparation s’il y a des signes de fermentation ou de rancissement

les huiles macerees a chaud

les huiles macérées à chaud sont préparées avec les parties les plus épaisses et les plus denses des plantes ainsi qu’avec certaines épices comme le poivre de cayenne , le poivre noir et le gingembre. , utilisées pour détendre les muscles et soulager les douleurs articulaires .

pour les plantes sechées , la proportion est de 1 partie de plante pour 3 parties d’huile

pour les plantes fraîches , elle est de 1 partie de plante pour 1,5 d’huile

-hachez ou réduisez en poudre la plante par ex ici sur le schéma ce sont des petits piments frais ; versez dans une casserole et mélangez dans la quatité d’huile nécessaire . couvrez et placez la casserole dans une poele remplie d’eau jusqu’à la moitié ou un bain- marie . laissez frémir pendant 2à3heures sans faire bouillir l’huile.

-laissez refroidir puis versez dans un pichet propre à travers d’une étamine , pressez- la pour extraire le maximum de la plante . . versez l’huile dans un flacon en verre teinté. et fermez hermetiquement

utilisation : appliquez localement ou integrez à une crème ou une pommade . n’utilisez pas d’huile à base de plante épicées sur les peaux enflammées ou sensibles. evitez tout contact avec les yeux

conservation jusq’à 6mois au frais et à la abri de la lumière . jetez la préparation dès les premiers signes de fermentation.

REMERCIEMENTS

cancer bronchopulmonaire primitif

le caner bronchopulmonaire primitif (CBPP) est classé dans les maladies longues et coûteuses , c’est une affection de longue durée.

ils sont classés en deux catégories :

-carcinomes non à petites cellules : comprennent les carcinomes epidermoides (les plus fréquents ) ; les adénocarcinomes ; et les carcinomes à grandes cellules.

-carcinomes à petites cellules

-les autres pathologies pulmonaires malignes d’histologie très diverses mais peu fréquentes comme les lymphomes et les sarcomes

atteint les adultes entre 50 et 70 ans

LES CAUSES : -en chef lieu le tabac , le tueur universel

  • exposition à l’amiante
  • composés radioactifs inhalés (uranium surtout)
  • certains métaux (arsenic ; bretyllium ; nickel et le fer )
  • methylethers (cancers à petites cellules)
  • chlorure de vinyle
  • fibrose pulmonaire associée ou non à la sclérodermie
  • peut être la pollution

LES SIGNES CLINIQUES :

-la clinique peut etre asymptomatique et de découverte fortuite classique ou radiologique

-crachats d’une quantité petite à moyenne de sang provenant des voies aeriennes lors d’un effort de toux appelée hémoptysie. ce sang est rouge et aéré .c’est une urgence.

-toux , dyspnée et wheezing

-bronchpneumopathies récidivantes dans le meme territoire

-signes d’extension locorégionale: douleur pariétale , cornage , syndrome de Claude bernard horner, adénopathie sus claviculaire, dysphagie , etc…

-signe de métastase à type de douleur osseuse et de trouble neurologique

-syndrome paranéoplasiquee

-et en dernier altération de l’état général

QQS EXAMENS COMPLEMENTAIRES : NFS et VS pour le syndrome inflammatoire

-ionogramme sanguin et calcémie pour les troubles electrolytiques)

-marqueurs tumoraux pour suivre lévolution sous traitement

-le bilan préopératoire doit comporter des EFR et des gaz du sang ainsi qu’une scintigraphie pulmonaire de perfusion

-et l’anatomo-pathologie doit etre faite selon le type de carcinome

les examens diagnostiques spécifiques comporte la fibroscopie bronchique avec biopsies bronchiques du bourgeon endobronchique ; ponction sous scanner ; thoracotomie exploratrice ; mediastinoscopie et la ponction-biopsie d’une métastase

L’IMAGERIE : le teléthorax ; scanner thoracique ; scanner surrénalien et cérébral ;échographie hépatique ; scintigraphie osseuse à la recherche de métastases dans le cadre du bilan d’extension

QQS NOTIONS SUR LE TRAITEMENT: hospitalisation pour résection chirurgicale selon l’indication ; cures de chimiothérapie et la radiothérapie est généralement ambulatoire. plus des traitements symptomatiques : antalgiques , anti-émétique et pour les vomissements induits il existe des plantes efficaces ; traitement d’un syndrome cave superieur par corticoides et anticoagulants ,trt d’une hypercalcémie etc…

LA SURVEILLANCE, LES MESURES A PRENDRE , COMPLICATIONS ET LE PRONOSTIC

si resection chirurgicale cela se fera selon la symptomatologie ,l’intervalle sera déterminé par votre chirurgien

l’arret du tabac est impératif et éviter au maximum l’exposition à l’amiante

les complications sont les récidives locales et les métasstases

dans les cancers à petites cellules les rechutes sont très fréquentes

remerciements

l’atelectasie

l’atelelectasie est un collapsus alvéolaire résultant d’une obstructiondes voies de conduction distales . il s’agit d’un territoire normal non ventilé. la vascularisation de ce territoire est généralement diminuée. Latélectasie peut êtresymptomatique ou non . la découverte en est alors fortuitesur un téléthorax. le diagnostic et le traitement dépendent de la cause .

http: //www.facebook.com/Medecine512

LES CAUSES:

-sténose intrèsèque : tumorale ( cancer broncho-pulmonaire ; métastase pulmonaire ) ; infectieuse ( tuberculose ) ; inflammatoire ( sarcoidose) ; corps étrangers ; bouchons muqueux lors de la ventilation artificielle , l’asthme ou la mucoviscidose ;

-compression extrinsèque : tumorale ; infectieuse ; inflammatoire ; adénopathie en cas de tuberculose ; cardio-vasculaire (anévrysme de l’oreillette droite )

LES FACTEURS DE RISQUE : dépendent de la cause . après une anésthesie , une atélectasie est plus fréquente chez le fumeur, le patient obèse et en cas de thorax court et large .

LES SIGNES CLINIQUES:

-petite atélectasie le plus souvent asymptomatique

-atélectasie importante : une tachypnée avec toux , matité à la percussion , une absence du murmure vésiculaire si sténose d’un gros tronc bronchique , diminution de l’ampliation thoracique du côté de l’atélectasie et parfois un wheezing .

DEMARCHE DIAGNOSTIQUE : faire un téléthorax ; fibroscopie bronchique pour un diagnostic étiologique et parfois traitement par exemple d’un corps étranger , ou bouchon muqueux .

LE TRAITEMENT selon l’impotance de l’atélectasie : asssurer une bonne oxygénation et humidification , kinesithérapie respiratoire et drainage postural

la résolution est souvent spontanée ; trt chirurgical rarement indiqué sauf si complications

LA SURVEILLANCE: selon la cause et l’état du patient . si un asthme ou une infection se complique d’atélectasie une visite tous les mois est sufisante ;

les complications à type de bronchectasies localisées , d’infection , de fibrose et de lésions du parenchyme pulmonaire .

L’EVOLUTION ET LE PRONOSTIC SONT GENERALEMENT TRES BONS .

FIN

l’asthme

photo : Chambre d’inhalation

l’asthme est une maladie des voies aériennes qui se caractérise par des épisodes d’obstruction bronchique réversible spontanément ou sous traitement . la crise peut être modérée ou sévère. cliniquement , elle se manifeste par une difficulté respiratoire, une dyspnée qui peut parfois être chronique . la respiration sifflante appelée wheezing est caractéristique de l’asthme . mais l’asthme peut aussi se manifester par une simple toux isolée.

l’asthme est une maladie très fréquente toucant 5/100 de la popoulation générale et 8/100 des enfants d’âge scolaire .

les symptômes aigus sont dus au rétrécissement du calibre des bronches lui meme dû à plusieurs mécanismes tels que la contraction du muscle lisse bronchique , l’oedème et l’inflammation de la muqueuse bronchique et l’hyper sécrétion muqueuse .

-il n’y a pas de transmission génétique clairement identifiée , mais une prédisposition familiale nette avec terrain atopique incluant l’hyperréactivité bronchique , la rhinite allergique et la dermatite atopique est observée

-50/100 des asthmatiques sont des enfants de moins de 10 ans . chez l’adulte l’asthme débute le plus souvent entre 16 et 40 ans mais peut survenir à n’importe quel âge.

LES ETIOLOGIES : – allergies 😦 pollens ; poussières de maisons:acariens ; animaux comme les chats ; plumes ; moisissures ; allergènes professionnels)

-autres facteurs déclenchants : ( infections ORL ou bronchiques en particulier virale ; fumée de cigarettes ou autres polluants ; aspirine, tartrates , b-bloquants meme sous forme de collyres : exercice ; RGO ; sommeil ; rire ; stress ; règles )

LES FACTEURS DE RISQUE : antécédants familiaux , terrain atopique , infections virales bronchiques durant l’enfance .

LA CLINIQUE :

-en dehors des crises : il n’ y a pratiquement pas de symptômes et l’examen clinique est normal. cependant les explorations (EFR) peuvent être perturbées.

-pendant une crise nous observons : dyspnée , respiration sifflante , toux , augmentation ¨tachypnée¨ ou diminution ¨bradypnée¨ de la fréquence respiratoire , expiration prolongée , wheezing à l’auscultation , hypersonorité à la percussion , et une distension thoracique .

-des signes de gravité doivent être recherchés : à type de dyspnée intense , d’une dyspnée au repos (orthopnée) , tachypnée supérieur à 30/mn ,, cyanose , sueur , diminution du murmure vésiculaire , tirage et mise en jeu des muscles respiratoires accéssoires , tachycardie supérieur à 120/mn , pouls paradoxal sup à 20mmhg , signes d’insuffisance cardiaque droite avec angoisse agitation et troubles de la conscience .

-LES EXAMENS DE LABORATOIRE : hyperéosinophilie modérée ; augmentation desIgE totales et parfois des IgE spécifiques à certains allèrgènes , hypoxémie et hypocapnie lors d’une crise , une normocapnie témoigne d’une crise sévère.

faire un téléthorax

LA DEMARCHE DIAGNOSTIQUE : en dehors des crises la normalité de la clinique et l’interrogatoire permettent de faire le diagnostic. en cas de doute une hyperréactivité bronchique doit être rechercher aux EFR . la fibroscopie n’a pas d’indications . le problème reste d’apprecier la gravité de l’asthme :

1/par l’interrogatoire : fréquences des crises ; horaires ; nocturnes ou pas ; gravité des crise (hospitalisations , réanimation , ventilation assistée…) et la réponse aux traitements

2/ par les EFR : syndrome obstructif en dehors des crises ; réversibilité complète ou partielle après b-mimétiques ou après corticoides ?

QUELQUES GRANDES LIGNE DU TRAITEMENT BRIEVEMENT : il y a 5 grandes classes de traitements anti- asthmatiques :

-cromones comme le cromoglycate sodique

-stéroides comme la prednisone

-b-agonistes comme salbutamol

-methylxanthines comme la theophylline

-anticholinergiques comme l’atropine

d’aures traitements sont aussi utilisés : il s’agit du kétotifène, anti histaminiques H1 , du methotrexate et les antibiotiques en cas de signes infectieux.

LES CONTRE-INDICATIONS: sont les sédatifs , les mucolytiques et éviter absolument les b-bloquants. le nédocromil sodique est contre indique avant l’age de 12 ans.

LES MESURES GENERALES ET HYGIENO-DIETETIQUES : éviction allergéniques et des irritants ; l’education des patients est primordiale ; un traitement de fond anti inflammatoire comme le cromoglycate ou les corticoides inhalés doit être débutée précocément ; la prise de b-mimétiques doit être faite à la demande et la désensibilisation est à envisager . ; rechercher et controler les facteurs de risque ; comprendre l’interet du DEP ; vaccination contre la grippe ; eviter l’aspirine ; eviter les tartrates et les sulfites qui sont des additifs alimentaires.

DEP= débit expiratoire de pointe. l’obstruction bronchique peut être suivie et apprécié à domicile et en consultation par la mesure du DEP avec un dédit-mètre de pointe

VEMS=volume expiratoire maximal par seconde

LES COMPLICATIONS: à type d’etat de mal asthmatique ; insuffisance respiratoire et ventilation mécanique ; atéléctasie ; paralysie flasque après crise sévère et décès ; pneumothorax ; sécrétion inappropriée de l’hormone anti- diurétique ; anomalies du métabolisme de la théophylline .

EVOLUTION ET PRONOSSTIC : excellent si bonne prise en charge , moins de 50/100 des enfants ashmatiques restent ashmatiques en grandissant , risque de mortalité augmentée si plus de 3 consultations en urgence /an , des symptomes nocturnes , des hospitalisations en réanimation et de la corticodépendance ainsi que les antécédants d’asthme syncopal .

CAS DE LA GROSSESSE : l’asthme ne se modifie pas dans 50/100 des cas . semble s’améliorer dans 25/100 des cas et s’aggraver dans 25/100 des cas . savoir que le kétotifène est contre -indiqué dans le premier trimestre de la grossesse

FIN

pneumopathie virale

ce sont des infections pulmonaires à virus, très fréquentes ,très contagieuses et se propageant sur un mode épidémique. le diagnostic de certitude est difficile à établir .

LES ETIOLOGIES: 1/Virus à ARN: influenza A, B , C (grippe) -para-influenza 1 ,2 3, 4 -virus respiratoire syncytial(vrs) -virus ourlien -virus de la rougeole -virus coxsackie A et B -virus echo 2/virus à ADN: -adénovirus(surtout chez l’enfant) -virus de la varicelle et du zona -cytomégalovirus(surtout chez le patient immunodéprimé) -virus d’epstein barr -virus herpes simplex vous remarquerez que le coronavirus n ‘est pas mentionné car c’est le nouveau virus apparu en 2019 que nous ne connaissons pas encore très bien.

LES FACTEURS DE RISQUE:c’est l’immunodépression , la vie en collectivité , le terrain à risque (comme l’insuffisant respiratoire , cardiaque ou diabétique) et le patient âgé.

LE DIAGNOSTIC: après une atteinte des voies aériennes supérieures succède : -une fièvre élevée superieure à 37 degrés ; des frissons ; une toux sèche, quinteuse , douloureuse ; des myalgies et des maux de têtes ; asthénie ; auscultation normale ou des ronchus. le examens diagnostiques spécifiques n’ont aucun interet en pratique courante ; cependant des sérologies sont faites pour un diagnostic rétrospectif ; et l’identification du virus par immunofluorescence et culture à partir de prélèvements de gorge , de sang , de selles , et du lavage broncho-alvéolaire sont pratiqués. la démarche diagnostique consiste en un diagnostic clinique et radiologique(teléthorax) ; parfois prélèvements microbiologiques,notamment lavage broncho-alvéolaire.

un résumé sur le traitement:les produits de référence contre les virus , nous avons : amantadine ; aciclovir ; ganciclovir. chaque médicament avec ses indications selon l’âge et ses contre indications. les antibiotiques seront prescrits en cas de surinfection.

LES COMPLICATIONS: à type de surinfection bacctérienne(pneumocoque , staphylococcus aureus , hemophilus influenzae et autres). aussi épanchement pleural et péricardite ; l’insuffisance respiratoire aigue ; et le SDRA.

l’évolution est le pronostic le plus souvent favorable en qqs jours à une semaine une asthénie résiduelle fréquente est observé. cependant elle peut être marquée par le décès possible chez l’enfant (adénovirus et VRS); chez l’adulte aussi(influenza) et en cas d’immunudépression ou de terrain à risque.

NB: en cas de grossesse: éviter tout contact avec les patients infectés par le virus . les antiviraux sus cités sont tous contre indiqués chez ces femmes.

Le tilleul

Au moyen âge, le tilleul était associé à la vierge-marie. Il fut surnommé l’arbre de la liberté par les révolutionnaires de 1789 . il est aussi appelé tilleul à feuilles en coeur ou tilleul des bois.

Ce sont des arbres melliferes. Le tilleul à petites feuilles (tilia cordata) est l’une des principales espèces cultivées

*Ceuillez les grappes de fleurs une fois ouvertes. N’attendez pas que les pétales tombent pour récolter, car les fruits se développant sont narcotiques.

Parmi les autres espèces utilisées en Phytotherapie il y a le tilleul commun ou intermédiaire et le tilleul â grandes feuilles.

en Phytotherapie : les parties utilisées sont les fleurs avec les bractees. (les bractees sont une pièce florale en forme de feuilles pour former l’inflorescence). Voir l’image ci- dessous

-les fleurs de tilleul sont souvent préparées en tisanes pour aider au sommeil souvent chez les enfants.

-la plante a des propriétés sedatives et apaisantes sur les nerfs et les muscles.

-elles sont aussi prescrites dans l’arteriosclerose.

-nous prescrivons ces fleurs dans certains cas de troubles circulatoires: ils détendent les parois des vaisseaux sanguins et sont utilisées pour diminuer la tension artérielle.

Elles sont efficaces contre les etats febriles comme les rhumes ou la grippe.

Nb: les fleurs de tilleul sont contre indiqués chez les femmes enceintes ou qui allaitent.

FIN

pneumonie éosinophilique

avant de commencer ce chapitre , je voudrai vous donner quelques précisions sur la composition du sang qui contient les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes .pour les globules blancs il existe plusieurs types et qui ont des fonctions différentes en lien avec l’immunité . leur dosage dans un volume de sang s’appelle formule leucocytaire , ces types de GB sont :

-dans 60 à 70/100 des cas ce sont les neutrophiles qui luttent contre les bacteries

-les basophiles qui interviennent dans les réactions allergiques sont plus rares

-les éosinophiles participent à la lutte contre les parasites et ont une action pro inflammatoire

-les monocytes peuvent pénétrer dans les cellules et devenir des macrophages qui ingèrent les cellules mortes ou mourantes

-les lymphocytes qui se différencient en lymphocytes T(dans la lutte contre les virus et les cellules cancéreuses) ; et les lymphocytes B (qui interviennent dans la production d’anticorps).

rentrons à présent dans le vif du sujet à propos des pneumonies à éosinophiles :c’est un groupe d’affections qui se caractérise par une infiltration pulmonaire d’éosinophiles , associée à la présence d’éossinophilie sanguine. leur classification est comme suit :

1/syndrome de Löffler : simple éosinophilie simple

2/éosinophilie pulmonaire asthmatique (aspergillose allergique bronchopulmonaire)

3/éosinophilie pulmonaire d’origine médicamenteuse

4/éosinophilie pulmonaire chronique ou prolongée

5/syndrome hyperéosinophilique

6/syndrome de Churg et Strauss

7/idiopathique

LES CAUSES : peut atteindre tous les âges : peut être idiopathique(par hypersensibilité) ; médicaments toxiques(penicilline ,nitrofurantoine , isoniazide , chlorpropamide , sulfonamides , antituberculeux , sels d’or , aspirine, dihydralazine) ; parasites(filariose, nématode comme l’ascaris, aspergillus fumigatus, toxocarose).

les facteurs de risque étant les patients avec une affection chronique comme l’asthme ; les séjours en zone à risque comme l’inde, l’indonésie , la malaisie , l’amérique du sud , l’afrique tropicale et le ceylan)

LES SYMPTOMES:

nous notons un fébricule, avec toux , expectoration, dyspnée , anorexie, altération de l’état général , auscultation pulmonaire anormale avec des ronchus ou crépitants.

le traitement consiste à une corticothérapie généralement associés aux immunosuppresseurs ; antiparasitaires dans le cas d’une atteinte parasitaire ; et traitement symptomatique de l’asthme.

l’évolution est en général bénigne avec un excellent prornostic dans les formes modérées. les complications : multiples complications viscérales dans le syndrome de churg-strauss ; fibrose pulmonaire en cas de retard de traitement , la récidive est possible .

FIN

pneumopathie d’hypersensibilité

dites alvéolites allergiques extrinsèques : ce sont des maladies inflammatoires pulmonaires diffuses dues à des inhalations répétées de contaminants organiques ( protéines animales ou végétales) ou de substances inorganiques (medicaments ; substances chimiques) . leurs caractères communs est :

-une atteinte des voies aériennes distales des alvéoles et de l’interstitium

-formation d’un granulome et augmentation de l’activité macrophagique dans l’interstitium

-présence d’anticorps sériques: les précipitines dirigées contre l’agent causal et absence d’activation du complément

-IgE et éosinophile normale dans la forme chronique

-il existe une forme aigue , subaigue et chronique

pour la génétique il y a des facteurs prédisposant individuels mais pas de relation avec le terrain atopique , les groupes sanguins ou HLA . survient à tous les âges mais surtout chez l’adulte de par son exposition professionnelle

LES CAUSES : – inhalation d’antigènes organique:

1/poumon de fermier: inhalation d’actinomycètes lors de manipulation de foin moisi

2/ poumon des éleveurs d’oiseaux : surtout les pigeons , tourterelles et perruches , l’antigène est présent dans les déjections

3/ maladie des climatiseurs ou des humidificateurs

4/ maladie des éleveurs d’animaux de laboratoire : serum et urine de rat par exemple

5/ maladie des fromagers: moisissures ou acariens des croûtes de fromage

6/maladie des champignonnistes: moisissures

7/ maladie des malteurs: aspergillus

8/ maladie des grainetiers et des minotiers: actinomycètes

9/ maladie des travailleurs de la canne à sucre: bagassose

-inhalation de substances chimiques: isocyanates ; anhydride phtalique et mellitique ; poudre à récurer

-pneumpathies médicamenteuses : methotrexate

FACTEURS DE RISQUE : intensité de l’exposition , taille des particules( les particules inferieurs à 5 µm atteignent le poumon profond) ; maladie plus fréquente chez le non fumeur

LES SYMPTÖMES:

-LA FORME AIGUE: les symptômes apparaissent 6heure après l’exposition allergénique et réalisent un tableau de pneumopathie aigue infectieuse . une fièvre jusqu’à 40 degrés , dyspnée , toux , malaise , myalgies , arthralgie , rares expectorations ou hemoptysies , crépitants fréquents en fin d’inspiration . les signes cliniques cèdent au bout de 24 h à 48 h mais réapparaissent lors d’une nouvelle exposition allergénique .

-LA FORME CHRONIQUE : signes cliniques chroniques, d’installation rapide sans exacebation aigue réalisant un tableau de fibrose idiopathique fait de dyspnée d’effort rapidement progressive avec toux , anorexie et amaigrissement , asthénie , crépitants diffus en fin d’inspiration , une cyanose , et des signes de coeur pulmonaire avec insuffisance cardiaque droite .

L’ETUDE ANATOMO-PATHOLOGIQUE :

-dans la forme aigue : les parois alvéolaires sont infiltrés par des polynucléaires , des lymphocytes des macrophages et des cellules plasmatiques . il y a peu d’éosinophiles. un exsudat et un oedème dans les alvéoles et les capillaires pulmonaires font siège à des thrombus plaquettaires et des dépôts de fibrine mais pas de lésion de vascularite .

-DANS LA FORME CHRONIQUE : inflammation des alvéoles et de l’interstitium avec présence de lymphocytes , de cellules plasmatiques et d’ histiocytes avec formation de granulome sans caséum . Au niveau des bronchioles siège une inflammation localisée granulomateuse . il existe aussi une fibrose interstitielle .

LA SURVEILLANCE : consiste en un suivi initial hebdomadaire ou mensuel à adapter suivant la sévérité et la rapidité de l’évolution.

COMPLICATIONS : sous forme de fibrose interstitielle progressive avec insuffisance respiratoire puis un coeur pulmonaire chronique avec insuffisance cardiaque droite

L’EVOLUTION : le pronostic peut être excellent si le traitement est précoce . et la stabilisation des formes sévères est avancée avec l’éviction allergénique et le traitement anti-inflammatoire.

FIN

le clou de girofle

https://youtu.be/ibQcWt2fyDQ

cette épice est connue pour favoriser la digestion et lutter contre les douleurs dentaires

LES BIENFAITS SANTE DU CLOU DE GIROFLE (CG) :

  • antiseptique , antibacterien et anti-infectieux à large spèctre . il est utilisé contre ,par exemple , les infections urinaires ; les cystites et les calculs rénaux .
  • Antifongique et antiparasitaire : il a une action vermifuge sur le tenia . .
  • stomachique : sa saveur favorise la digestion , lutte contre les maux d’estomac , les ballonnements , l’aérophagie et les gênes gastriques .
  • Antalgiques : action rapide sur les douleurs dentaires .
  • grâce à ses propriétés il est un trés bon allié pour lutter contre certaines affections virales et la toux.
  • Anti-inflammatoire pour soulager les rhumatismes et les douleurs articulaires .

quelles sont ses indications :

1/ CLOU DE GIROFLE POUR LES DENTS: contre les infections buccales et dentaires et grâce à son effet anesthesiant local , antiseptique et désinfectant il permet de soulager les maux de dents , les caries et les aphtes ou pour lutter contre la gingivite et la parondontite.

comment l’utiliser : écraser légèrement le clou et le placer à l’endroit ou ca fait mal en attendant de consulter votre dentiste . en cas de douleur dentaire aigue : mâcher un clou de girofle pendant quelques minutes .

pour l’hygienne buccale réguliere : fabriquez vous- même votre propre bain de bouche : 1tasse d’eau à frémissement, retirez du feu , ajoutez 5à 6 CG et laisser infuser 5à10minutes, refroidir et retirez les clous et c’est prêt.

2/ POUR LA FATIGUE SEXUELLE : il est aphrodisiaque

3/POUR LES CHEVEUX / en lotion capillaire : utilisé pour apaiser l’inflammation de la peau du cuir chevelu ; réduire les péllicules et stimuler la circulation sanguine. comment? prendre 10 CG moulu avec de l’eau tiède dans un flacon et appliquer en massage sur le cuir chevelu.laisser poser avant de rincer ou de champouiner.

4/EN USAGE INTERNE : dans le cas de parasites intestinaux et pour soulager la nausée, la digestion et les troubles intestinaux à utiliser en infusion : prendre 3à8 CG verser de l’eau bouillante dessus laisser reposer à couvert 5à10 mn , retirez les clous et ajoutez 1cac de miel ou 1pincée de cannelle.

contre la grippe : boire 2à3fois /jour sur 1semaine maximum. ne jamais dépasser ce temps car le surdosage entraine une toxicité hepatique

5/EN USAGE EXTERNE: en cas d’infections fongiques de peau et des muqueuse , appliquez sur la peau à l’aide de compresses et aussi pour désinfecter et favoriser la cicatrisation des plaies .

NOTE : le clou de girofle s’utilise également sous forme d’huile essentielle . savoir que l’utilisation d’huile essentielle est une spécialité appelée Aromathérapie qui consiste à extraire la plante par distillation. elle est donc très puissante. dans le cas du CG ne l’utiliser qu’à faibles dose et pour une durée limitée (1 semaine max) .

pour cette plante , elle s’utilise en application locale diluée dans de l’huile végétale ; ou par vois interne ; en massage le long de la colonne vertébrale ( ne jamais l’utiliser pure sur la peau car elle est dermocaustique) ; en cuisine : 1 goutte seulement à l’issue des repas, ne pas la cuire . et enfin en diffusion diluée à 5à10/100 dans d’autres huiles essentielles plus douces telle que orange douce ou bergamote ou l’essence de citron .

NB: Jamais dans le bain ,ne se dilue pas dans l’eau .

pour les effets secondaires et les contre indications :

-les tisanes de CG ne doivent pas être utilisées sur une longue période ou régulièrement car elle est toxique pour le foie : 2 à 3 fois/jour pendant 1semaine.

-contre indiqué chez les enfants de moins de 12 ans , cependant pour les bains de bouche oui à condition que l’enfant sache recracher la solution .

-contre indiqué chez les femmes enceintes et allaitantes sauf pendant l’accouchement le CG étant un tonique utérin il est possible d’utiliser l’infusion quelques jours avant ou le jour J.

-éviter impérativement cette épice en cas d’hypertension et/ou de problèmes hépatiques.

FIN

La camomille

La camomille est une plante herbacée vivace de la famille des asteracees. elle est dite en arabe elbaboundj . Elle possède des propriétés , médicinales et cosmétiques. en fait il existe 2 types de camomille : la camomille romaine ou noble et la matricaire ou camomille allemande. la première, la romaine, est très amère et la matricaire est douce et agréable.

bronchite aigue ; BPCO et emphysème ; bronchiolite aigue

la bronchite aigue

c’ est une inflammation de la trachée , des bronches et des bronchioles d’ origine le plus souvent virale . l’évolution est en général bénigne avec guérison complète ; mais peut être grave chez le jeune enfant (bronchiolite aigue) , chez l’insuffisant respiratoire et chez l’asthmatique .

les causes sont : virus influenzae ; parainfluenzae ; virus respiratoire syncytial (vrs) ; virus coxackie ; chlamydia pneumoniae ; bordatella pertussis ; hemophilus influenzae ; mycoplasme ; streptococcus pneumoniae ; moraxella catarrhalis . avec facteurs de risque qui sont : l’asthenie , maladie bronchopulmonaire chronique , sinusite chronique , hypertrophie des amygdales et des végétations chez l’enfant , immunodépression , pollution atmosphérique , sujet âgé et enfant , intoxication tabagique et tabagisme passif , intoxication énolique ,reflux gastro-oesophagien (RGO) , trachéostomie et déficit en Iga.

LES SYMPTOMES : -prodromes avant l’atteinte bronchique: rhinite, angine , douleurs musculaires et courbatures , malaise , frissons et fièvre modérée .

-phase sèche : toux sèche , quinteuse , douloureuse avec brulures rétrosternales , fièvre modérée , asthenie , courbatures , céphalées , auscultation normale .

-phase humide: toux productive avec expectoration sero-muqueuses , parfois purulente en cas de surinfection , diminution des douleurs rétro-sternales , apparition de ronchus ou de sibilants à l’auscultation sans foyer pneumonique .

la bronchopneumopathie chronique obstructive et emphysème

les BPCO présentent comme caractère commun un trouble ventilatoires obstructif chronique ou récidivant et comprennent : *la bronchite chronique simple ,*la bronchite chronique obstructive , *l’emphysème , * l’asthme , *la dilatation des bronches . dans le language courant la BPCO fait référence à la bronchite chronique obstructive avec ou sans emphysème .

-la bronchite chronique simple : est définie cliniquement par une toux et une expectoration purulente pendant au moins 3 mois /an et pendant au moins 2 années consécutives .

-l’ emphysème est définit anatomiquement par une destruction des parois alvéolaires conduisant à une augmentation des espaces aériens distaux situés au dela de la bronchiole terminale . on distingue :

  • les emphysèmes diffus: soit emphysème centro-lobulaire oû la destruction touche les bronchioles respiratoires et prédomine au sommet , et le réseau vasculaires est épargné ; soit emphysème pan-lobulaire oû la destruction touche les canaux et les sacs alvéolaires et prédomine aux bases, le réseau capillaire est concerné dans cette destruction.
  • les emphysèmes localisés: il est para-cicatriciel ou para-septal

un facteur héréditaire et génétique a été incriminé dans la bronchite chronique suggérant une prédisposition génétique ; et dans l’emphysème , une forme rare est due à un déficit en alpha anti-trypsine dont la transmission se fait selon un mode autosomique dominant .

-parmi les etiologies , nous retrouvons le tabagisme , pollution atmospherique , les infections virales , les aéro-contaminants professionnels.

les symptômes:

  • bronchite chronique simple: toux et expectoration chroniques chez un fumeur ; pas de dyspnée ; examen normal
  • bronchite chronique obstructive: toux et expectorations chronique chez un fumeur ; dyspnée d’abord d’effort puis de repos ; distension thoracique ; signe de Hoover( rétrécissement de la base du thorax à l’inspiration) ; rales bronchiques, sibilants parfois ; diminution du murmure vésiculaire parfois ; pas d’hippocratisme digital ; cyanose et signes cardiaques droits absents en dehors d’ une décompensation .
  • emphysème centro-lobulaire: ¨blue bloater¨: long passé de toux et d’expectoration chronique chez un fumeur ; dyspnée d’effort croissante ; patient souvent Pléthorique ; distension thoracique modérée et cyanose , râles bronchiques , signes de coeur pulmonaire chronique possibles (insuffisance ventriculaire droite) .
  • emphysème pan-lobulaire ¨pink-puf-fer¨ : dyspnée isolée , sujet maigre , distension thoracique majeure , expiration lèvres pincées , diminution du murmure vésiculaire , tympanisme , pas de cyanose et pas de signes d’insuffisance ventriculaire droite .

la bronchiolite aigue

c’est une inflammation des bronchioles , survient surtout chez le nourisson entre 0 et 2 ans maximum entre 2 et 10 mois ; habituellement sporadique surtout l’hiver et au printemps . elle est le plus souvent d’origine virale (virus respiratoire syncytial).

les causes sont : VRS ; virus para-influenzae ; adénovirus ; rhinovirus ; myxovirus ; virus inflenzae ; chlamydia ; hémophilus ; mycoplasmes ; légionnelles . avec comme facteur de risque le contact infectant et enfant en collectivité .

les symptômes : réalisent une crise d’asthme fébrile:

  • au début rhinopharyngite aigue s’accompagnant de signes respiratoires au premier plan et d’une fièvre élevée
  • toux incessante peu productive
  • polypnée parfois irrégulière ; et wheezing expiratoire avec diminution du murmure alvéolaire et des sibilants
  • distension thoracique, signes de lutte: mise en jeu des muscles respiratoires accessoires avec tirage sous et sus sternales, balancement thoraco-abdominal .

la bronchiolite peut se compliquer d’une surinfection bactérienne, un pneumothorax , un pneumomédiastin , une insuffisance respiratoire , d’une bronchiolite oblitérante ou même un décès . la mortalité reste toutefois moins de 1/100 , le plus souvent la fièvre et les signes respiratoires disparaissent en 2 à 5 jours et la guérison est complète en 1 semaine. l’évolution est parfois plus lente chez les enfants à risque. elle peut être la première manifestation d’un asthme allergique; et en cas de récidive rechercher : un RGO , un corps étranger intra-bronchique, une mucoviscidose, un déficit immunitaire ou un déficit en alpha-antitrypsine ou alors une compression par un arc vasculaire anormal .

bonne lecture.

les feuilles d’olivier

les feuilles d’olivier

les feuilles d’olivier sont actuellement utilisées pour leurs bienfaits sur le système cardio-vasculaire.

nom scientifique : olivia europaea . nom commun : olivier . nom anglais: olive tree . fait partie de la famille des oléacées.

pour ses vertus médicinales ,il réduit l’hypertension arterielle légère , mais aussi il est hypocholesterolémiant grâce a ses principes actifs qui sont l’oleuropine; les flavonoides et les tanins. il aurait aussi une action qui diminue la glycemie mais des études à ce sujet sont en cours. il a une action anti-bacterienne , anti- virale et anti- fongique. il est donc duirétique, antioxydant et spasmolytique vasculaire. en utilisation externe il est emollient et adoucissant.

comment l’utiliser: -en tisane:mettre une vingtaine de feuilles d’olivier dans 800 ml d’eau; faire bouillir et évaporer jusqu’à 400 ml de tisane. laissez refroidir 10 mn, filtrez et boire 1 tasse chaque matin pendant 15 jours.

les contre-indications : aucune connue; cependant chez la femme enceinte consultez son medecin. savoir qu’ il existe des interractions avec les medicaments, un traitement à base de feuilles d’olivier peut augmenter les effets des médicaments anti-hypotenseurs ou hypoglycémiants .

je vous remercie .

abcès pulmonaire

Abcès pulmonaire

c’ est une collection suppurée dans une cavité néoformée du parenchyme pulmonaire.cette suppuration est due à une infection aigue non tuberculeuse à germes aéro et anaérobies. il existe 2 types d’abcès:

-par inhalation de matériel septique provenant des voies digestives ou des voies aériennes superieurs ( cas le plus fréquent) ; genéralement abcès unique.

-d’origine septicémique: plus rare et réalisant des abcès multiples.

les causes: germes anaérobies ; klebsiella pneumoniae ; staphylocoque dorée. avec comme facteurs de risque l’éthylisme; diabète ; mauvais état bucco-dentaire ; accident neurologique avec fausse route ; trouble de déglutition par obstacle (cancer) ; endocardite du coeur droit (toxicomanie).

les sympômes : tableau de pneumopathie infectieuse avec altération de l’état général avec fièvre ; toux ; expectoration purulente souvent fétide (germes anaérobies) ; parfois vomique purulente ; asthenie ; amaigrissement ; auscultation variable.

arthroses ; arthrite septique ; artérite

différence entre arthrose ; arthrite septique et artérite

Arthrose

c’ est une perte progressive du cartilage articulaire avec phénomène inflammatoire pouvant toucher plusieurs articulations à la fois *cette atteinte peut s’insinuer plus en profondeur dans la membrane synoviale et donner des phénomènes inflammatoires synoviaux et des anomalies osseuses sous- chondrales ; des géodes d’ hyperpression et même des ostéophytes qui sont des épines à l’ extrémité des os en donnant une douleur vive et intense par exemple l’épine calcanéenne au niveau du talon du pied ; l’ arthrose peut toucher les articulations du genou , du rachis , des épaules , des mains et des pieds.

la clinique se manifeste par une douleur , une impotence fonctionnelle au mouvement et une raideur limitant la mobilité du patient. on distingue :

-arthrose primitive: celle ci est idiopathique localisée au niveau de la hanche , genou , main…ou généralisée

-arthrose secondaire: dans ce cas elle est soit

–post traumatique

–secondaire à un rhumatisme inflammatoire (polyarthrite rhumatoide ou spondylarthropathies)

–métabolique (chondrocalcinose, goutte , maladie de wilson, hémochromatose)

–endocrinienne(acromégalie, diabète)

–post septique

-congénitale (dysplasie de hanche , dysplasie épiphysaire multiple , séquelle d’épiphysiologie)

-ostéopathie (ostéonécrose , paget)

–arthropathie d’hemophilie

–arthropathies neurologiques (syringomyelie , tabès , arthropathie ulcéro mutilante)

causes et facteurs de risque: traumatisme articulaire ; microtraumatismes répétés et obésité

les symptômes:

-douleur mécanique :calmée par le repos , aggravée par l’effort et la mise en charge avec réveil nocturne au cours des poussées

-déformations caractéristiques ( nodosités d’ Heberden aux interphalangiennes distales)

les complications se manifestent par une chondrolyse destructrice rapide en 2 mois . elle touche l’articulation coxo-fémorale , plus rarement fémoro-tibiale. elle doit faire rechercher une chondrocalcinose sous -jacente. l’évolution est très variable .

L’arthrite septique

Ce sont des manifestations articulaires liées à la présence d’un germe dans l’articulation responsable d’une réaction inflammatoires aiguës avec oedèmes et épanchement articulaire purulent fait de polynucléaire neutrophiles altérés. Les germes en cause sont le staphylocoque et le gonocoque mais dépend aussi de l’âge. Ainsi :

-avant l’âge de 2 ans et moins de 4 ans, c’est surtout l’hemophilus influenzae qui prédomine

-entre de 2 à 14 ans, c’est le staphylocoque en premier

-chez l’adulte, c’ est d’abord le streptocoque.

Modes de contamination de l’articulation : par voie hématogene à partir d’ un foyer septique, parfois venérien. Et par continuité à partir d’une ostéomyelite, ou d’une infection cutanée. Par inoculation directe, injection intra- articulaire de corticoides, chirurgie..

Les symptômes : .la forme typique aigue: début aigu brutal atteignant son acmé en 2 ou 3 jours. Douleur très vive, impotence fonctionnelle considérable, réaction inflammatoire locale intense, tuméfaction par épanchement articulaire et oedème des parties molles, fréquente adénopathie régionale sensible, amyotrophie d’apparition rapide et syndromes infectieux avec fièvre, frissons, sueurs.

Les formes moins typiques: à l’a suite d’une antibiothérapie préalable, anti -inflammatoires ou injections intra articulaires, tableau clinique subaigu inflammation locale plus modérée, début plus progressif, syndrome infectieux discret.

Les signes d’ un foyer infectieux primitifs .

Les arguments pour une forme particulière . Pour le gonocoque, ténosynovite associés à des lésions cutanés. Pour les bacilles a gram négatifs, porte d ‘entrée cutanée , urinaire ou digestive. Pour les streptocoques : endocardite. Pour les pneumocoques, fréquente localisation Sterno- claviculaires. salmonelloses non thyphoidiques, sujets âges drépanocytose. Pour pasteurella multocida, c’est les morsures d’animaux. Pour les bactéroides, polyarthrite rhumatoïde. Reste la tuberculose et la brucellose.

l’artérite

l’artérite est une obstruction des artères destinées aux membres inférieurs plus rarement aux organes abdominaux; elle se fait de manière progressive et est d’évolution chronique. la conséquence est une réduction de la lumière vasculaire et une réduction du flux sanguin ; il résulte une ischémie douloureuse puis des troubles trophiques aboutissant à une nécrose ischémique. l’obstruction est très souvent d’origine athéromateuse.

les causes : toujours liés à l’atherosclérose. et les phénomènes d’occlusions sont dus à des thromboses ou des embols , avec comme facteur de risque le tabagisme ; hypercholestérolémie ; diabète , et l’hypertension arterielle.

les symptômes:

  • claudication intermittente : le signe le plus important , c’est une douleur distale provoquée par l’effort et soulagéee par le repos . le site de la douleur témoigne du site de l’ischemie
  • occlusion de l’artère abdominale et des artères iliaques entraine une claudication proximale des fesses et des douleurs de hanche
  • l’obstruction fémorale entraine une douleur des cuisses
  • en cas d’atteinte hypogastrique il y a une impuissance chez l’homme
  • plus le degré d’obstruction est important , et plus l’ischémie est sévère . ainsi une obstruction majeure peut se manifester par une douleur au repos en décubitus calmée par une position déclive des jambes.
  • abolition des pouls fémoraux
  • coloration ivoire des pieds et des jambes quand ils sont surélevées avec une peau pâle , dépilée et atrophique

la symptomatologie peut se compliquer de nécrose et de gangrène ; l’évolution peut varier d’une évolution lente contrôlée par la prise en charge à une forme grave nécéssitant une amputation.

intoxication au thallium ; asbestose ; intox au mercure ..

il existe en médecine des pathologies dues à certaines professions; il en existe plusieurs mais ici je vais vous en citer 5 que nous rencontrons le plus souvent en médecine générale; il s’agit de l’asbestose ; l’intoxication au thallium ; l’intoxication à l’arsenic ; l’intoxication au mercure et la silicose.

l’asbestose

l’asbestose est une pneumoconiose due à l’inhalation de poussières d’amiante. la période de latence entre l’exposition régulière et la découverte de la maladie est de 15 ans. cette maladie est responsable d’une pneumopathie interstitielle fibrosante d’évolution chronique et d’aggravation progressive.

elle se manifeste par: des plaques pleurales et peut se compliquer par un mésothelium pleural ou péritonéal. et chez le fumeur cette exposition augmente le risque de tuberculose et de cancer pulmonaire. cette pathologie se voit chez les adultes entre 40 et 75 ans.

les causes : -exposition professionnelle à la poussière d’ amiante à savoir: fabrication de matériaux d’isolation; garnitures de freins ; calorifugeage ; filage pour vêtements ; ou cloisons anti -feu.

-exposition de l’environnement: la famille des travailleurs de l’amiante

les symptômes: les signes sont faits de:

dyspnée d’effort ; toux sèche ; douleur pleurale ; crépitants ; hippocratisme digital qui est le signe d’une insuffisance respiratoire ; cyanose ; épanchement pleural ; hypertension arterielle pulmonaire.

l’intoxication au thallium

c’ est un métal lourd présent dans les insecticides , les rodenticides ; les feuxd’artifices ; les bijoux d’imitation ; les lentilles optiques ; en médecine nucléaire .

symptômes:

-manifestations précoces(3 à 4 heures) : nausées, vomissements, douleurs abdominales , diarrhées parfois sanglantes.

-puis 1 à 7 jours atteinte du système nerveux central avec confusion, psychose , convulsions et coma; atteinte neurologique et végétative , troubles ophtalmologiques ( névrite optique, ophtalmoplégie, ptosis, strabisme)

-manifestations tardives (2 à 4 semaines): chute diffuse des cheveux

-séquelles : troubles de la mémoire, ataxie , neuropathie périphérique, tremblements .

fin

intoxication par l’arsenic

c’ est une intoxication soit accidentelle soit professionnelle:

l’intoxication accidentelle par les insecticides ; rodenticides ; fongicides et herbicides

l’intoxication professionnelle par l’industrie du verre , des métaux, galvanisation, gravure , microéléctronique

quels sont les symptômes : * dans l’intoxication aigue :

-odynophagie, vomissements , diarrhees , douleurs, odeur alliacée de l’haleine-

-troubles cardio- vasculaires: dyspnée, cyanose , hypotension

-troubles neurologiques: délire, convulsions, comas

-nécrose tubulaire aigue

*dans l’intoxication chronique:

-anomalies cutanées: érythrodermie, hyperkératose , hyperpigmentation, bandes blanches sur les ongles( Aldrich-mees)

-irritation des muqueuses respiratoire

-polynevrite sensitivo-motrice

-risque de cancérisation (peau et poumons)

fin

la silicose

c’ est une pneumoconiose fibrosante due à l’inhalation de silice libre (SIO2), poussière de quartz. c’est la plus grave et la pus fréquente en France. elle se caractérise à la radiographie par des micronodules évoluant vers la confluence.

les pneumoconioses à poussieres mixtes sont dus à l’inhalation de silice pure associée à des poussières de charbon ou de fer non sclérogènes, elles sont très fréquentes et désignées sous le nom de silicose.

causes: inhalation chronique de fortes concentrations de silice, la silicose apparaît généralement après 20-30 ans d’exposition mais parfois après moins de 10 ans dans certaines professions comme le forage de tunnels ; le sablage; ou la fabrication de poudres abrasives. les facteurs de risque sont les professions exposés /que les mineurs; travail de la porcelaine; fonderies ; concassage des galets; taille du granit ; maçons-fumistes ; ravalement des façades ; prothésistes dentaires.

les symptômes: clinique pauvre et tardive très en retard sur les anomalies radiologiques:

-dyspnée d’effort; oppression thoracique ; toux ; expectoration ; augmentation du diametre thoracique antéro-posterieur ; tympanisme ; rales crépitants ; diminution du murmure vésiculaire.

fin

Intoxication par le mercure

  • intoxication professionnelle : inhalation de vapeur de mercure, industrie du plastique
  • i ntoxication domestique: antiseptiques cutanées ; peintures ; fongicides; graines ; cosmétiques (absorption orale ou pénétration cutanée)

Symptômes :

-intoxication aigue (inhalation) : pneumopathie interstitielle, tremblements, nervosité

-intoxication chronique (inhalation) :perte de mémoire; insomnie; irritabilité; troubles de conscience

-intoxication aigue(ingestion): effet caustique sur les muqueuses digestives (hémorragie, diarrhées, nécrose muqueuse); nécrose tubulaire aigue

-intoxication chronique (ingestion): troubles neurologiques, gingivite, stomatite,syndrome néphrotique

-application sur la peau de sels inorganiques: rash ; irritabilité, photophobie, hypertrichose; transpiration profonde, desquamation des pieds et des mains

fin

aplasie medullaire

  • Présentation personnelle (exemple d’article)

    Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

    Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

    Quel est votre objectif ?

    • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
    • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

    L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

    Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

    • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
    • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
    • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
    • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

    Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

    Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

    Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.

  • Présentation personnelle (exemple d’article)

    Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

    Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

    Quel est votre objectif ?

    • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
    • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

    L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

    Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

    • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
    • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
    • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
    • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

    Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

    Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

    Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.

  • Présentation personnelle (exemple d’article)

    Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

    Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

    Quel est votre objectif ?

    • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
    • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

    L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

    Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

    • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
    • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
    • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
    • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

    Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

    Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

    Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.

  • Le pissenlit – Association « Mille et une Feuilles »

    https://www.milleetunefeuilles.net/2018/04/16/le-pissenlit/

  • Regardez « la formation les 7 remedes » sur YouTube

    https://youtu.be/FNfikh1bTlw

  • L’acné

    L’acné est une maladie inflammatoire de la glande sebacee favorisée par les androgènes. Chez les garçons, l’acné est plus sévère que chez les filles. Il se voit à la puberté parfois jusqu’à 30-40ans.

    Le soleil, l’adolescence, certaines pilules contraceptives, les cosmétiques gras, un climat chaud et humide sont des facteurs de risque de l’acné.

    Ses symptomes sont :

    -les comedons, microkystes, nodules et papules inflammatoires, les pustules ainsi que les cicatrices qui apparaissent au niveau du front, des joues, du nez et peuvent s’étendre au dos et la face antérieure du thorax.

    Bien à vous.

    Dr Nabila.

  • L’acné rosacee

    Connaissez-vous l’acné rosacee ?

    C’est une dermatite chronique faite d’erytheme(rougeurs),de papules et pustules au niveau des joues et du nez à l’âge de 30-50ans surtout chez les femmes.

    À différencier avec l’acné car les comedons sont rares.

    La clinique est faite de flushs prédominants après les repas et une conjonctive rouge.

    Les causes sont inconnues. Nous pouvons incriminer l’alcool, le thé, la nourriture épicées et des facteurs psychologiques.

    Je vous remercie.

  • Regardez « Comment utiliser la nigelle ? – Phytothérapie » sur YouTube

    https://youtu.be/HQIHYukNffU

  • Regardez « Le pissenlit est notre ami » sur YouTube

    https://youtu.be/Yk9PGNGASFE

    Le pissenlit est une plante avec des fleurs jaunes qui est bénéfique pour la digestion et aussi pour les reins avec son effet diurétique.

  • Regardez « أسماء الاعشاب و الثوابل باللغتبن الفرنسية و العربية @Matbakhi. Ga » sur YouTube

    https://youtu.be/l84QdCwEr8I

    Quelques noms de plantes :eegardez !

  • (pas de titre)

    https://m.facebook.com/bilaphytotherap/?rc=p&refid=52&ref=bookmarks&notif_t=page_post_transaction_comment&__tn__=RR

  • Regardez « Musique pour Bien se Reveiller le Matin – Musique Motivante #5 » sur YouTube

    Je vous envoies une belle musique pour un bon reveil !!

    https://youtu.be/_eqXpsNy6SU

  • Placeholder Image

    https://phytothrapielpb.files.wordpress.com/2020/03/mountaindawn-1.jpg

  • (pas de titre)

    https://images.app.goo.gl/n4TrZHP1zcbrtoXR8

  • Regardez « 🌿Le Pissenlit, une plante comestible et médicinale qui purifie l’organisme ! » sur YouTube

    https://youtu.be/o6mDzpl0KGw

  • (pas de titre)
  • Regardez « فواءد الجرجير واهميته ضد تساقط الشعر 💇‍♀️ les bienfait du Roquette » sur YouTube

    https://youtu.be/rP1Y3WVwCbs

  • d9717a70e26566f1237c50e1c5a7f2db-1297539833.jpg

    https://phytothrapielpb.files.wordpress.com/2020/04/d9717a70e26566f1237c50e1c5a7f2db-1297539833.jpg

  • Facebook

    https://m.facebook.com/nt/screen/?params=%7B%22ppage_id%22%3A106038674372583%7D&path=%2Fpages%2Ftransparency&state

  • (pas de titre)

    https://www.facebook.com/bilaphytotheraphttps://drive.google.com/file/d/1nYiN_wVXJFLm7p_gWBwCTZeYAQRmtE_X/view?usp=drivesdk/posts/130371625248663/

  • Audios medecine
    Définitions
  • (pas de titre)
  • Placeholder Image

    https://phytothrapielpb.files.wordpress.com/2020/03/calm.jpg

  • Regardez « فوائد الحلبة المذهلة للجسم وأضرارها » sur YouTube

    https://youtu.be/TD7V2ev5J18

  • Regardez « FB – Ah Djo ~ يــا بـلـــارج يــا طـــويــل الـــڤــايـــمة » sur YouTube

    https://youtu.be/hb01LPaauwU

  • Regardez « احداث تصديرة العروس الجزائرية 2020 التي اثارت ضجة في فايسبوك وانستقرام بلمسة عصرية /جهاز العروسة » sur YouTube

    Oublions un peu le corona !!… Tendances 2020

    https://youtu.be/VVrk2rhnZWQ

  • Audios medecine et plantes

    https://photos.app.goo.gl./JKpdHrNDNx1Bwvia8

  • Regardez « فوائد البردقوش لتنظيم الهرمونات مع خبير الاعشاب حسن خليفة » sur YouTube

    https://youtu.be/YtK6ZowVKro

  • (pas de titre)
    http://facebook.com]
  • (pas de titre)
  • wp-1587613409148.mp4
    https://phytothrapielpb.files.wordpress.com/2020/04/wp-1587613409148.mp4
  • aubépine fleurs et fruits – Recherche Google

    https://www.google.com/search?q=aub%C3%A9pine+fleurs+et+fruits&tbm=isch#imgrc=PF1F2HlCD58OWMl

  • (pas de titre)
    https://www.google.com/search?q=aub%C3%A9pine+fleurs+et+fruits&tbm=isch#imgrc=PF1F2HlCD58OWM 0 % https://www.google.com/search?q=aub%C3%A9pine+fleurs+et+fruits&tbm=isch#imgrc=PF1F2HlCD58OWM
  • Regardez « Algérien: Épices & Condiments / العقاقر و الدوزان » sur YouTube
    https://youtu.be/lJAwbAtCGkI
  • Regardez « Comment utiliser la nigelle ? – Phytothérapie » sur YouTube — Nabila kt
  • Laurier, plante medicinale

    Laurier noble appelee aussi laurier d’apollon , c ‘est une plante qui représente la victoire ( lauréats).

    https://images.app.goo.gl/4Jcy9do9uffvuV

  • Regardez « Brûlez des feuilles de laurier dans la maison et voyez ce qui se passe après 10 minutes! » sur YouTube

    https://youtu.be/vt_GOx9LgTY

  • atélectasie
  • Regardez « Musique Pour Dormir 30 Minutes – Piano » sur YouTube

    https://youtu.be/ELY0DmGMe00

  • Vaccin anti-Coronavirus : Le chercheur algérien Hakim Djaballah se prononce-operanewsapp

    https://www.operanewsapp.com/dz/fr/share/detail?news_id=fc9164ac929ef0f884b0ab006d0aa8e7&news_entry_id=ee8ab7c200506fr_dz&open_type=transcoded&request_id=RELATED_NEWS_fed44784-58ab-4a4b-a49d-b4ad6d8da9e6&from=news

    Médecine

  • comprendre l’arthrose du genou
  • Regardez « Musique pour Bien se Reveiller le Matin – Musique Motivante #5 » sur YouTube
  • REC20200512081431.mp3 – Google Drive l’eucalyptus

    https://drive.google.com/file/d/17tN8pm-YgD3MyXeFNNPqh3OmipEZqiew/view

  • aplasie medullaire

  • REC20200413120128 introduction audios en medecine générale

    https://phytothrapielpb.files.wordpress.com/2020/04/rec20200413120128-1.mp3

  • La melisse

    https://www.plantearomatique.com/nos-plantes/192-melisse-orange-3.html

  • intoxication au thallium ; asbestose ; intox au mercure ..

    il existe en médecine des pathologies dues à certaines professions; il en existe plusieurs mais ici je vais vous en citer 5 que nous rencontrons le plus souvent en médecine générale; il s’agit de l’asbestose ; l’intoxication au thallium ; l’intoxication à l’arsenic ; l’intoxication au mercure et la silicose.

    l’asbestose

    l’asbestose est une pneumoconiose due à l’inhalation de poussières d’amiante. la période de latence entre l’exposition régulière et la découverte de la maladie est de 15 ans. cette maladie est responsable d’une pneumopathie interstitielle fibrosante d’évolution chronique et d’aggravation progressive.

    elle se manifeste par: des plaques pleurales et peut se compliquer par un mésothelium pleural ou péritonéal. et chez le fumeur cette exposition augmente le risque de tuberculose et de cancer pulmonaire. cette pathologie se voit chez les adultes entre 40 et 75 ans.

    les causes : -exposition professionnelle à la poussière d’ amiante à savoir: fabrication de matériaux d’isolation; garnitures de freins ; calorifugeage ; filage pour vêtements ; ou cloisons anti -feu.

    -exposition de l’environnement: la famille des travailleurs de l’amiante

    les symptômes: les signes sont faits de:

    dyspnée d’effort ; toux sèche ; douleur pleurale ; crépitants ; hippocratisme digital qui est le signe d’une insuffisance respiratoire ; cyanose ; épanchement pleural ; hypertension arterielle pulmonaire.

    l’intoxication au thallium

    c’ est un métal lourd présent dans les insecticides , les rodenticides ; les feuxd’artifices ; les bijoux d’imitation ; les lentilles optiques ; en médecine nucléaire .

    symptômes:

    -manifestations précoces(3 à 4 heures) : nausées, vomissements, douleurs abdominales , diarrhées parfois sanglantes.

    -puis 1 à 7 jours atteinte du système nerveux central avec confusion, psychose , convulsions et coma; atteinte neurologique et végétative , troubles ophtalmologiques ( névrite optique, ophtalmoplégie, ptosis, strabisme)

    -manifestations tardives (2 à 4 semaines): chute diffuse des cheveux

    -séquelles : troubles de la mémoire, ataxie , neuropathie périphérique, tremblements .

    fin

    intoxication par l’arsenic

    c’ est une intoxication soit accidentelle soit professionnelle:

    l’intoxication accidentelle par les insecticides ; rodenticides ; fongicides et herbicides

    l’intoxication professionnelle par l’industrie du verre , des métaux, galvanisation, gravure , microéléctronique

    quels sont les symptômes : * dans l’intoxication aigue :

    -odynophagie, vomissements , diarrhees , douleurs, odeur alliacée de l’haleine-

    -troubles cardio- vasculaires: dyspnée, cyanose , hypotension

    -troubles neurologiques: délire, convulsions, comas

    -nécrose tubulaire aigue

    *dans l’intoxication chronique:

    -anomalies cutanées: érythrodermie, hyperkératose , hyperpigmentation, bandes blanches sur les ongles( Aldrich-mees)

    -irritation des muqueuses respiratoire

    -polynevrite sensitivo-motrice

    -risque de cancérisation (peau et poumons)

    fin

    la silicose

    c’ est une pneumoconiose fibrosante due à l’inhalation de silice libre (SIO2), poussière de quartz. c’est la plus grave et la pus fréquente en France. elle se caractérise à la radiographie par des micronodules évoluant vers la confluence.

    les pneumoconioses à poussieres mixtes sont dus à l’inhalation de silice pure associée à des poussières de charbon ou de fer non sclérogènes, elles sont très fréquentes et désignées sous le nom de silicose.

    causes: inhalation chronique de fortes concentrations de silice, la silicose apparaît généralement après 20-30 ans d’exposition mais parfois après moins de 10 ans dans certaines professions comme le forage de tunnels ; le sablage; ou la fabrication de poudres abrasives. les facteurs de risque sont les professions exposés /que les mineurs; travail de la porcelaine; fonderies ; concassage des galets; taille du granit ; maçons-fumistes ; ravalement des façades ; prothésistes dentaires.

    les symptômes: clinique pauvre et tardive très en retard sur les anomalies radiologiques:

    -dyspnée d’effort; oppression thoracique ; toux ; expectoration ; augmentation du diametre thoracique antéro-posterieur ; tympanisme ; rales crépitants ; diminution du murmure vésiculaire.

    fin

    Intoxication par le mercure

    • intoxication professionnelle : inhalation de vapeur de mercure, industrie du plastique
    • i ntoxication domestique: antiseptiques cutanées ; peintures ; fongicides; graines ; cosmétiques (absorption orale ou pénétration cutanée)

    Symptômes :

    -intoxication aigue (inhalation) : pneumopathie interstitielle, tremblements, nervosité

    -intoxication chronique (inhalation) :perte de mémoire; insomnie; irritabilité; troubles de conscience

    -intoxication aigue(ingestion): effet caustique sur les muqueuses digestives (hémorragie, diarrhées, nécrose muqueuse); nécrose tubulaire aigue

    -intoxication chronique (ingestion): troubles neurologiques, gingivite, stomatite,syndrome néphrotique

    -application sur la peau de sels inorganiques: rash ; irritabilité, photophobie, hypertrichose; transpiration profonde, desquamation des pieds et des mains

    fin

  • Nabila Karaterki · Photo Likes

    https://www.pexels.com/@nabila-karaterki-2827267/likes/

  • arthroses ; arthrite septique ; artérite

    différence entre arthrose ; arthrite septique et artérite

    Arthrose

    c’ est une perte progressive du cartilage articulaire avec phénomène inflammatoire pouvant toucher plusieurs articulations à la fois *cette atteinte peut s’insinuer plus en profondeur dans la membrane synoviale et donner des phénomènes inflammatoires synoviaux et des anomalies osseuses sous- chondrales ; des géodes d’ hyperpression et même des ostéophytes qui sont des épines à l’ extrémité des os en donnant une douleur vive et intense par exemple l’épine calcanéenne au niveau du talon du pied ; l’ arthrose peut toucher les articulations du genou , du rachis , des épaules , des mains et des pieds.

    la clinique se manifeste par une douleur , une impotence fonctionnelle au mouvement et une raideur limitant la mobilité du patient. on distingue :

    -arthrose primitive: celle ci est idiopathique localisée au niveau de la hanche , genou , main…ou généralisée

    -arthrose secondaire: dans ce cas elle est soit

    –post traumatique

    –secondaire à un rhumatisme inflammatoire (polyarthrite rhumatoide ou spondylarthropathies)

    –métabolique (chondrocalcinose, goutte , maladie de wilson, hémochromatose)

    –endocrinienne(acromégalie, diabète)

    –post septique

    -congénitale (dysplasie de hanche , dysplasie épiphysaire multiple , séquelle d’épiphysiologie)

    -ostéopathie (ostéonécrose , paget)

    –arthropathie d’hemophilie

    –arthropathies neurologiques (syringomyelie , tabès , arthropathie ulcéro mutilante)

    causes et facteurs de risque: traumatisme articulaire ; microtraumatismes répétés et obésité

    les symptômes:

    -douleur mécanique :calmée par le repos , aggravée par l’effort et la mise en charge avec réveil nocturne au cours des poussées

    -déformations caractéristiques ( nodosités d’ Heberden aux interphalangiennes distales)

    les complications se manifestent par une chondrolyse destructrice rapide en 2 mois . elle touche l’articulation coxo-fémorale , plus rarement fémoro-tibiale. elle doit faire rechercher une chondrocalcinose sous -jacente. l’évolution est très variable .

    L’arthrite septique

    Ce sont des manifestations articulaires liées à la présence d’un germe dans l’articulation responsable d’une réaction inflammatoires aiguës avec oedèmes et épanchement articulaire purulent fait de polynucléaire neutrophiles altérés. Les germes en cause sont le staphylocoque et le gonocoque mais dépend aussi de l’âge. Ainsi :

    -avant l’âge de 2 ans et moins de 4 ans, c’est surtout l’hemophilus influenzae qui prédomine

    -entre de 2 à 14 ans, c’est le staphylocoque en premier

    -chez l’adulte, c’ est d’abord le streptocoque.

    Modes de contamination de l’articulation : par voie hématogene à partir d’ un foyer septique, parfois venérien. Et par continuité à partir d’une ostéomyelite, ou d’une infection cutanée. Par inoculation directe, injection intra- articulaire de corticoides, chirurgie..

    Les symptômes : .la forme typique aigue: début aigu brutal atteignant son acmé en 2 ou 3 jours. Douleur très vive, impotence fonctionnelle considérable, réaction inflammatoire locale intense, tuméfaction par épanchement articulaire et oedème des parties molles, fréquente adénopathie régionale sensible, amyotrophie d’apparition rapide et syndromes infectieux avec fièvre, frissons, sueurs.

    Les formes moins typiques: à l’a suite d’une antibiothérapie préalable, anti -inflammatoires ou injections intra articulaires, tableau clinique subaigu inflammation locale plus modérée, début plus progressif, syndrome infectieux discret.

    Les signes d’ un foyer infectieux primitifs .

    Les arguments pour une forme particulière . Pour le gonocoque, ténosynovite associés à des lésions cutanés. Pour les bacilles a gram négatifs, porte d ‘entrée cutanée , urinaire ou digestive. Pour les streptocoques : endocardite. Pour les pneumocoques, fréquente localisation Sterno- claviculaires. salmonelloses non thyphoidiques, sujets âges drépanocytose. Pour pasteurella multocida, c’est les morsures d’animaux. Pour les bactéroides, polyarthrite rhumatoïde. Reste la tuberculose et la brucellose.

    l’artérite

    l’artérite est une obstruction des artères destinées aux membres inférieurs plus rarement aux organes abdominaux; elle se fait de manière progressive et est d’évolution chronique. la conséquence est une réduction de la lumière vasculaire et une réduction du flux sanguin ; il résulte une ischémie douloureuse puis des troubles trophiques aboutissant à une nécrose ischémique. l’obstruction est très souvent d’origine athéromateuse.

    les causes : toujours liés à l’atherosclérose. et les phénomènes d’occlusions sont dus à des thromboses ou des embols , avec comme facteur de risque le tabagisme ; hypercholestérolémie ; diabète , et l’hypertension arterielle.

    les symptômes:

    • claudication intermittente : le signe le plus important , c’est une douleur distale provoquée par l’effort et soulagéee par le repos . le site de la douleur témoigne du site de l’ischemie
    • occlusion de l’artère abdominale et des artères iliaques entraine une claudication proximale des fesses et des douleurs de hanche
    • l’obstruction fémorale entraine une douleur des cuisses
    • en cas d’atteinte hypogastrique il y a une impuissance chez l’homme
    • plus le degré d’obstruction est important , et plus l’ischémie est sévère . ainsi une obstruction majeure peut se manifester par une douleur au repos en décubitus calmée par une position déclive des jambes.
    • abolition des pouls fémoraux
    • coloration ivoire des pieds et des jambes quand ils sont surélevées avec une peau pâle , dépilée et atrophique

    la symptomatologie peut se compliquer de nécrose et de gangrène ; l’évolution peut varier d’une évolution lente contrôlée par la prise en charge à une forme grave nécéssitant une amputation.

  • #Infection_Respiratoire

    https://www.facebook.com/AMARSP2019/posts/259635https://www.facebook.com/nabila.karaterki571877899/

  • Vaccin anti-Coronavirus : Le chercheur algérien Hakim Djaballah se prononce-operanewsapp

    https://www.operanewsapp.com/dz/fr/share/detail?news_id=fc9164ac929ef0f884b0ab006d0aa8e7&news_entry_id=ee8ab7c200506fr_dz&open_type=transcoded&request_id=RELATED_NEWS_fed44784-58ab-4a4b-a49d-b4ad6d8da9e6&from=news

  • Video – Les plantes médicinales – Essentialité

    http://kimberley974.over-blog.com/article-video-les-plantes-medicinales-42137589.html

  • Potassium : quels aliments en contiennent ?

    https://www.mariefrance.fr/equilibre/nutrition/les-vertus-des-aliments/les-aliments-riches-en-potassium-142869.html#lartichaut-cuit-380879

  • abcès pulmonaire

    Abcès pulmonaire

    c’ est une collection suppurée dans une cavité néoformée du parenchyme pulmonaire.cette suppuration est due à une infection aigue non tuberculeuse à germes aéro et anaérobies. il existe 2 types d’abcès:

    -par inhalation de matériel septique provenant des voies digestives ou des voies aériennes superieurs ( cas le plus fréquent) ; genéralement abcès unique.

    -d’origine septicémique: plus rare et réalisant des abcès multiples.

    les causes: germes anaérobies ; klebsiella pneumoniae ; staphylocoque dorée. avec comme facteurs de risque l’éthylisme; diabète ; mauvais état bucco-dentaire ; accident neurologique avec fausse route ; trouble de déglutition par obstacle (cancer) ; endocardite du coeur droit (toxicomanie).

    les sympômes : tableau de pneumopathie infectieuse avec altération de l’état général avec fièvre ; toux ; expectoration purulente souvent fétide (germes anaérobies) ; parfois vomique purulente ; asthenie ; amaigrissement ; auscultation variable.

  • les feuilles d’olivier

    les feuilles d’olivier

    les feuilles d’olivier sont actuellement utilisées pour leurs bienfaits sur le système cardio-vasculaire.

    nom scientifique : olivia europaea . nom commun : olivier . nom anglais: olive tree . fait partie de la famille des oléacées.

    pour ses vertus médicinales ,il réduit l’hypertension arterielle légère , mais aussi il est hypocholesterolémiant grâce a ses principes actifs qui sont l’oleuropine; les flavonoides et les tanins. il aurait aussi une action qui diminue la glycemie mais des études à ce sujet sont en cours. il a une action anti-bacterienne , anti- virale et anti- fongique. il est donc duirétique, antioxydant et spasmolytique vasculaire. en utilisation externe il est emollient et adoucissant.

    comment l’utiliser: -en tisane:mettre une vingtaine de feuilles d’olivier dans 800 ml d’eau; faire bouillir et évaporer jusqu’à 400 ml de tisane. laissez refroidir 10 mn, filtrez et boire 1 tasse chaque matin pendant 15 jours.

    les contre-indications : aucune connue; cependant chez la femme enceinte consultez son medecin. savoir qu’ il existe des interractions avec les medicaments, un traitement à base de feuilles d’olivier peut augmenter les effets des médicaments anti-hypotenseurs ou hypoglycémiants .

    je vous remercie .

  • bronchite aigue ; BPCO et emphysème ; bronchiolite aigue

    la bronchite aigue

    c’ est une inflammation de la trachée , des bronches et des bronchioles d’ origine le plus souvent virale . l’évolution est en général bénigne avec guérison complète ; mais peut être grave chez le jeune enfant (bronchiolite aigue) , chez l’insuffisant respiratoire et chez l’asthmatique .

    les causes sont : virus influenzae ; parainfluenzae ; virus respiratoire syncytial (vrs) ; virus coxackie ; chlamydia pneumoniae ; bordatella pertussis ; hemophilus influenzae ; mycoplasme ; streptococcus pneumoniae ; moraxella catarrhalis . avec facteurs de risque qui sont : l’asthenie , maladie bronchopulmonaire chronique , sinusite chronique , hypertrophie des amygdales et des végétations chez l’enfant , immunodépression , pollution atmosphérique , sujet âgé et enfant , intoxication tabagique et tabagisme passif , intoxication énolique ,reflux gastro-oesophagien (RGO) , trachéostomie et déficit en Iga.

    LES SYMPTOMES : -prodromes avant l’atteinte bronchique: rhinite, angine , douleurs musculaires et courbatures , malaise , frissons et fièvre modérée .

    -phase sèche : toux sèche , quinteuse , douloureuse avec brulures rétrosternales , fièvre modérée , asthenie , courbatures , céphalées , auscultation normale .

    -phase humide: toux productive avec expectoration sero-muqueuses , parfois purulente en cas de surinfection , diminution des douleurs rétro-sternales , apparition de ronchus ou de sibilants à l’auscultation sans foyer pneumonique .

    la bronchopneumopathie chronique obstructive et emphysème

    les BPCO présentent comme caractère commun un trouble ventilatoires obstructif chronique ou récidivant et comprennent : *la bronchite chronique simple ,*la bronchite chronique obstructive , *l’emphysème , * l’asthme , *la dilatation des bronches . dans le language courant la BPCO fait référence à la bronchite chronique obstructive avec ou sans emphysème .

    -la bronchite chronique simple : est définie cliniquement par une toux et une expectoration purulente pendant au moins 3 mois /an et pendant au moins 2 années consécutives .

    -l’ emphysème est définit anatomiquement par une destruction des parois alvéolaires conduisant à une augmentation des espaces aériens distaux situés au dela de la bronchiole terminale . on distingue :

    • les emphysèmes diffus: soit emphysème centro-lobulaire oû la destruction touche les bronchioles respiratoires et prédomine au sommet , et le réseau vasculaires est épargné ; soit emphysème pan-lobulaire oû la destruction touche les canaux et les sacs alvéolaires et prédomine aux bases, le réseau capillaire est concerné dans cette destruction.
    • les emphysèmes localisés: il est para-cicatriciel ou para-septal

    un facteur héréditaire et génétique a été incriminé dans la bronchite chronique suggérant une prédisposition génétique ; et dans l’emphysème , une forme rare est due à un déficit en alpha anti-trypsine dont la transmission se fait selon un mode autosomique dominant .

    -parmi les etiologies , nous retrouvons le tabagisme , pollution atmospherique , les infections virales , les aéro-contaminants professionnels.

    les symptômes:

    • bronchite chronique simple: toux et expectoration chroniques chez un fumeur ; pas de dyspnée ; examen normal
    • bronchite chronique obstructive: toux et expectorations chronique chez un fumeur ; dyspnée d’abord d’effort puis de repos ; distension thoracique ; signe de Hoover( rétrécissement de la base du thorax à l’inspiration) ; rales bronchiques, sibilants parfois ; diminution du murmure vésiculaire parfois ; pas d’hippocratisme digital ; cyanose et signes cardiaques droits absents en dehors d’ une décompensation .
    • emphysème centro-lobulaire: ¨blue bloater¨: long passé de toux et d’expectoration chronique chez un fumeur ; dyspnée d’effort croissante ; patient souvent Pléthorique ; distension thoracique modérée et cyanose , râles bronchiques , signes de coeur pulmonaire chronique possibles (insuffisance ventriculaire droite) .
    • emphysème pan-lobulaire ¨pink-puf-fer¨ : dyspnée isolée , sujet maigre , distension thoracique majeure , expiration lèvres pincées , diminution du murmure vésiculaire , tympanisme , pas de cyanose et pas de signes d’insuffisance ventriculaire droite .

    la bronchiolite aigue

    c’est une inflammation des bronchioles , survient surtout chez le nourisson entre 0 et 2 ans maximum entre 2 et 10 mois ; habituellement sporadique surtout l’hiver et au printemps . elle est le plus souvent d’origine virale (virus respiratoire syncytial).

    les causes sont : VRS ; virus para-influenzae ; adénovirus ; rhinovirus ; myxovirus ; virus inflenzae ; chlamydia ; hémophilus ; mycoplasmes ; légionnelles . avec comme facteur de risque le contact infectant et enfant en collectivité .

    les symptômes : réalisent une crise d’asthme fébrile:

    • au début rhinopharyngite aigue s’accompagnant de signes respiratoires au premier plan et d’une fièvre élevée
    • toux incessante peu productive
    • polypnée parfois irrégulière ; et wheezing expiratoire avec diminution du murmure alvéolaire et des sibilants
    • distension thoracique, signes de lutte: mise en jeu des muscles respiratoires accessoires avec tirage sous et sus sternales, balancement thoraco-abdominal .

    la bronchiolite peut se compliquer d’une surinfection bactérienne, un pneumothorax , un pneumomédiastin , une insuffisance respiratoire , d’une bronchiolite oblitérante ou même un décès . la mortalité reste toutefois moins de 1/100 , le plus souvent la fièvre et les signes respiratoires disparaissent en 2 à 5 jours et la guérison est complète en 1 semaine. l’évolution est parfois plus lente chez les enfants à risque. elle peut être la première manifestation d’un asthme allergique; et en cas de récidive rechercher : un RGO , un corps étranger intra-bronchique, une mucoviscidose, un déficit immunitaire ou un déficit en alpha-antitrypsine ou alors une compression par un arc vasculaire anormal .

    bonne lecture.

  • Le jour où Bobby Boo a un fou rire 😂 Impossible de s’arrêter ! Que ça à l’air drôle !

    https://youtu.be/_cVh8Geprmo

  • La grippe et les surinfections bactériennes – Menaces et traitements | médecine/sciences

    https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2017/05/medsci20173305p528/medsci20173305p528.html

  • photos

    https://images.app.goo.gl/xhbUuaFViQf55jTU9

  • La camomille

    La camomille est une plante herbacée vivace de la famille des asteracees. elle est dite en arabe elbaboundj . Elle possède des propriétés , médicinales et cosmétiques. en fait il existe 2 types de camomille : la camomille romaine ou noble et la matricaire ou camomille allemande. la première, la romaine, est très amère et la matricaire est douce et agréable.

    la camomille romaine ou noble

    la romaine : la plante peut être mise en pots ou dans votre jardin , elle contient des feuilles vertes puis des capitules floraux. vous pouvez trouver chez votre herboriste les fleurs doubles(pompoms) elles sont blanches à la périphérie ; ou des fleurs jaunes au centre de votre plante fraîche et c’est la meilleure utilisation.

    les propriétés: elle s’utilise surtout en infusion , couvrez : par son amertume c’est une plante dite digestive : elle prépare donc la digestion depuis les glandes salivaires jusq’à l’intestin ; elle est apéritive , à prendre avant les repas lorsque vous avez des problèmes de lenteur digestive . elle relance donc l’appettit

    -elle est antispasmodique et anti- nauséeuse mais attention , quand ces nausées sont dues à des excès alimentaires . mais en cas de faiblesse immunitaire comme dans la chimiothérapie elle serait mal tolérée à cause de son amertume.

    elle est calmante du système nerveux : dans les cas d’hystérie…

    -elle permet de mieux gérer les migraines ; la aussi à condition de bien connaitre vos migraines . si votre migraine est due à des difficultés digestives ou une excitabilité nerveuse , prenez la romaine pendant 1 semaine .

    -elle permet de gérer les troubles menstruels à type d’aménorrhée ou de dysménorrhée ,losqu ‘il y a des troubles nerveux nous pouvons l’ associer avec la matricaire ou achylée millefeuilles

    -en application externe : pour les soins des yeux soit une infusion en imbibant du coton démaquillant sur les yeux permet d ‘éliminer les cernes ou les poches sous les yeux ; soit avec une pipette un compte goutte ,1 ou 2 gouttes dans le coin de l’oeil .mais attention l’infusion dans ce cas ne doit contenir aucun résidus , doit être limpide . l’infusion doit donc être transformée en liquide isotonique (pour 100ml ,ajoutez 0,9 g de sel)

    -peut être utilisée pour la chevelure surtout pour les cheveux dorés

    -son utilisation en macerats huileux : les fleurs avec de l’alcool pur , bénéfique contre les inflammations de peau erythèmes et eczémas et dans les douleurs rhumatismales.

    en teinture :100g de fleurs sèches dans 500 ml alcool à 45 degrés. macérer pendant 2 semaines , remuez , filtrez et pressez : 40 à 60 gouttes dans un peu d’eau

    les précautions : -si vous etes allergique aux astéracées , risque d’allergie , à eviter donc.

    -il n ya pas de risque chez les enfants

    -à éviter chez la femme enceinte de moins de 3mois

    la matricaire ou la camomille allemande

    sa propriété essentielle est qu’elle est calmante : elle est douce et agréable au goût . surtout chez les hypersensibles ; les hyperémotifs ; aussi pour les colériques en prise régulière .

    • elle est anti spsmodique dans les crampes digestives , les colopathies fonctionnelles et les intoxications alimentaires
    • matricaire donc matrice et uterus : elle intervient dans les doueurs de règles , l’endometriose meme les fibromes
    • dans les muqueuses enflammées et ulcérées comme l ulcère gastrique ou duodénal
    • et elle est bien tolérée chez l’enfant : dans les coliques en application sur le ventre

    préparations : en infusions de fleurs fraiches ceuillies

    précautions : réaction allergique ; chez les patients prenant de l’aspirine ou anti- coagulants à éviter.

  • Regardez « Idir – A vava inouva » sur YouTube

    https://youtu.be/8qcSdqc7QYo

  • esl_20_gouttes_pour_retrouver_le_sommeil (1).pdf

    https://mondefleuri.files.wordpress.com/2020/06/esl_20_gouttes_pour_retrouver_le_sommeil-1.pdf

  • VID20200610200353.mp4 clou de girofle

    Pneumopathie bacterienne

    https://phytothrapielpb.files.wordpress.com/2020/06/vid20200606091024.mp4

  • VID20200610200353.mp4 clou de girofle

    https://phytothrapielpb.files.wordpress.com/2020/06/vid20200610200353.mp4

  • le clou de girofle
    https://youtu.be/ibQcWt2fyDQ

    cette épice est connue pour favoriser la digestion et lutter contre les douleurs dentaires

    LES BIENFAITS SANTE DU CLOU DE GIROFLE (CG) :

    • antiseptique , antibacterien et anti-infectieux à large spèctre . il est utilisé contre ,par exemple , les infections urinaires ; les cystites et les calculs rénaux .
    • Antifongique et antiparasitaire : il a une action vermifuge sur le tenia . .
    • stomachique : sa saveur favorise la digestion , lutte contre les maux d’estomac , les ballonnements , l’aérophagie et les gênes gastriques .
    • Antalgiques : action rapide sur les douleurs dentaires .
    • grâce à ses propriétés il est un trés bon allié pour lutter contre certaines affections virales et la toux.
    • Anti-inflammatoire pour soulager les rhumatismes et les douleurs articulaires .

    quelles sont ses indications :

    1/ CLOU DE GIROFLE POUR LES DENTS: contre les infections buccales et dentaires et grâce à son effet anesthesiant local , antiseptique et désinfectant il permet de soulager les maux de dents , les caries et les aphtes ou pour lutter contre la gingivite et la parondontite.

    comment l’utiliser : écraser légèrement le clou et le placer à l’endroit ou ca fait mal en attendant de consulter votre dentiste . en cas de douleur dentaire aigue : mâcher un clou de girofle pendant quelques minutes .

    pour l’hygienne buccale réguliere : fabriquez vous- même votre propre bain de bouche : 1tasse d’eau à frémissement, retirez du feu , ajoutez 5à 6 CG et laisser infuser 5à10minutes, refroidir et retirez les clous et c’est prêt.

    2/ POUR LA FATIGUE SEXUELLE : il est aphrodisiaque

    3/POUR LES CHEVEUX / en lotion capillaire : utilisé pour apaiser l’inflammation de la peau du cuir chevelu ; réduire les péllicules et stimuler la circulation sanguine. comment? prendre 10 CG moulu avec de l’eau tiède dans un flacon et appliquer en massage sur le cuir chevelu.laisser poser avant de rincer ou de champouiner.

    4/EN USAGE INTERNE : dans le cas de parasites intestinaux et pour soulager la nausée, la digestion et les troubles intestinaux à utiliser en infusion : prendre 3à8 CG verser de l’eau bouillante dessus laisser reposer à couvert 5à10 mn , retirez les clous et ajoutez 1cac de miel ou 1pincée de cannelle.

    contre la grippe : boire 2à3fois /jour sur 1semaine maximum. ne jamais dépasser ce temps car le surdosage entraine une toxicité hepatique

    5/EN USAGE EXTERNE: en cas d’infections fongiques de peau et des muqueuse , appliquez sur la peau à l’aide de compresses et aussi pour désinfecter et favoriser la cicatrisation des plaies .

    NOTE : le clou de girofle s’utilise également sous forme d’huile essentielle . savoir que l’utilisation d’huile essentielle est une spécialité appelée Aromathérapie qui consiste à extraire la plante par distillation. elle est donc très puissante. dans le cas du CG ne l’utiliser qu’à faibles dose et pour une durée limitée (1 semaine max) .

    pour cette plante , elle s’utilise en application locale diluée dans de l’huile végétale ; ou par vois interne ; en massage le long de la colonne vertébrale ( ne jamais l’utiliser pure sur la peau car elle est dermocaustique) ; en cuisine : 1 goutte seulement à l’issue des repas, ne pas la cuire . et enfin en diffusion diluée à 5à10/100 dans d’autres huiles essentielles plus douces telle que orange douce ou bergamote ou l’essence de citron .

    NB: Jamais dans le bain ,ne se dilue pas dans l’eau .

    pour les effets secondaires et les contre indications :

    -les tisanes de CG ne doivent pas être utilisées sur une longue période ou régulièrement car elle est toxique pour le foie : 2 à 3 fois/jour pendant 1semaine.

    -contre indiqué chez les enfants de moins de 12 ans , cependant pour les bains de bouche oui à condition que l’enfant sache recracher la solution .

    -contre indiqué chez les femmes enceintes et allaitantes sauf pendant l’accouchement le CG étant un tonique utérin il est possible d’utiliser l’infusion quelques jours avant ou le jour J.

    -éviter impérativement cette épice en cas d’hypertension et/ou de problèmes hépatiques.

    FIN

  • Pneumopathie a chlamydia pneumoniae

    https://photos.app.goo.gl/ZWrASAj8TvquC9kf9

  • VID20200612102912.mp4 . pneumopathie à chlamydia pneumoniae

    https://phytothrapielpb.files.wordpress.com/2020/06/vid20200612102912.mp4

  • pneumopathie d’hypersensibilité

    dites alvéolites allergiques extrinsèques : ce sont des maladies inflammatoires pulmonaires diffuses dues à des inhalations répétées de contaminants organiques ( protéines animales ou végétales) ou de substances inorganiques (medicaments ; substances chimiques) . leurs caractères communs est :

    -une atteinte des voies aériennes distales des alvéoles et de l’interstitium

    -formation d’un granulome et augmentation de l’activité macrophagique dans l’interstitium

    -présence d’anticorps sériques: les précipitines dirigées contre l’agent causal et absence d’activation du complément

    -IgE et éosinophile normale dans la forme chronique

    -il existe une forme aigue , subaigue et chronique

    pour la génétique il y a des facteurs prédisposant individuels mais pas de relation avec le terrain atopique , les groupes sanguins ou HLA . survient à tous les âges mais surtout chez l’adulte de par son exposition professionnelle

    LES CAUSES : – inhalation d’antigènes organique:

    1/poumon de fermier: inhalation d’actinomycètes lors de manipulation de foin moisi

    2/ poumon des éleveurs d’oiseaux : surtout les pigeons , tourterelles et perruches , l’antigène est présent dans les déjections

    3/ maladie des climatiseurs ou des humidificateurs

    4/ maladie des éleveurs d’animaux de laboratoire : serum et urine de rat par exemple

    5/ maladie des fromagers: moisissures ou acariens des croûtes de fromage

    6/maladie des champignonnistes: moisissures

    7/ maladie des malteurs: aspergillus

    8/ maladie des grainetiers et des minotiers: actinomycètes

    9/ maladie des travailleurs de la canne à sucre: bagassose

    -inhalation de substances chimiques: isocyanates ; anhydride phtalique et mellitique ; poudre à récurer

    -pneumpathies médicamenteuses : methotrexate

    FACTEURS DE RISQUE : intensité de l’exposition , taille des particules( les particules inferieurs à 5 µm atteignent le poumon profond) ; maladie plus fréquente chez le non fumeur

    LES SYMPTÖMES:

    -LA FORME AIGUE: les symptômes apparaissent 6heure après l’exposition allergénique et réalisent un tableau de pneumopathie aigue infectieuse . une fièvre jusqu’à 40 degrés , dyspnée , toux , malaise , myalgies , arthralgie , rares expectorations ou hemoptysies , crépitants fréquents en fin d’inspiration . les signes cliniques cèdent au bout de 24 h à 48 h mais réapparaissent lors d’une nouvelle exposition allergénique .

    -LA FORME CHRONIQUE : signes cliniques chroniques, d’installation rapide sans exacebation aigue réalisant un tableau de fibrose idiopathique fait de dyspnée d’effort rapidement progressive avec toux , anorexie et amaigrissement , asthénie , crépitants diffus en fin d’inspiration , une cyanose , et des signes de coeur pulmonaire avec insuffisance cardiaque droite .

    L’ETUDE ANATOMO-PATHOLOGIQUE :

    -dans la forme aigue : les parois alvéolaires sont infiltrés par des polynucléaires , des lymphocytes des macrophages et des cellules plasmatiques . il y a peu d’éosinophiles. un exsudat et un oedème dans les alvéoles et les capillaires pulmonaires font siège à des thrombus plaquettaires et des dépôts de fibrine mais pas de lésion de vascularite .

    -DANS LA FORME CHRONIQUE : inflammation des alvéoles et de l’interstitium avec présence de lymphocytes , de cellules plasmatiques et d’ histiocytes avec formation de granulome sans caséum . Au niveau des bronchioles siège une inflammation localisée granulomateuse . il existe aussi une fibrose interstitielle .

    LA SURVEILLANCE : consiste en un suivi initial hebdomadaire ou mensuel à adapter suivant la sévérité et la rapidité de l’évolution.

    COMPLICATIONS : sous forme de fibrose interstitielle progressive avec insuffisance respiratoire puis un coeur pulmonaire chronique avec insuffisance cardiaque droite

    L’EVOLUTION : le pronostic peut être excellent si le traitement est précoce . et la stabilisation des formes sévères est avancée avec l’éviction allergénique et le traitement anti-inflammatoire.

    FIN

  • pneumonie éosinophilique

    avant de commencer ce chapitre , je voudrai vous donner quelques précisions sur la composition du sang qui contient les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes .pour les globules blancs il existe plusieurs types et qui ont des fonctions différentes en lien avec l’immunité . leur dosage dans un volume de sang s’appelle formule leucocytaire , ces types de GB sont :

    -dans 60 à 70/100 des cas ce sont les neutrophiles qui luttent contre les bacteries

    -les basophiles qui interviennent dans les réactions allergiques sont plus rares

    -les éosinophiles participent à la lutte contre les parasites et ont une action pro inflammatoire

    -les monocytes peuvent pénétrer dans les cellules et devenir des macrophages qui ingèrent les cellules mortes ou mourantes

    -les lymphocytes qui se différencient en lymphocytes T(dans la lutte contre les virus et les cellules cancéreuses) ; et les lymphocytes B (qui interviennent dans la production d’anticorps).

    rentrons à présent dans le vif du sujet à propos des pneumonies à éosinophiles :c’est un groupe d’affections qui se caractérise par une infiltration pulmonaire d’éosinophiles , associée à la présence d’éossinophilie sanguine. leur classification est comme suit :

    1/syndrome de Löffler : simple éosinophilie simple

    2/éosinophilie pulmonaire asthmatique (aspergillose allergique bronchopulmonaire)

    3/éosinophilie pulmonaire d’origine médicamenteuse

    4/éosinophilie pulmonaire chronique ou prolongée

    5/syndrome hyperéosinophilique

    6/syndrome de Churg et Strauss

    7/idiopathique

    LES CAUSES : peut atteindre tous les âges : peut être idiopathique(par hypersensibilité) ; médicaments toxiques(penicilline ,nitrofurantoine , isoniazide , chlorpropamide , sulfonamides , antituberculeux , sels d’or , aspirine, dihydralazine) ; parasites(filariose, nématode comme l’ascaris, aspergillus fumigatus, toxocarose).

    les facteurs de risque étant les patients avec une affection chronique comme l’asthme ; les séjours en zone à risque comme l’inde, l’indonésie , la malaisie , l’amérique du sud , l’afrique tropicale et le ceylan)

    LES SYMPTOMES:

    nous notons un fébricule, avec toux , expectoration, dyspnée , anorexie, altération de l’état général , auscultation pulmonaire anormale avec des ronchus ou crépitants.

    le traitement consiste à une corticothérapie généralement associés aux immunosuppresseurs ; antiparasitaires dans le cas d’une atteinte parasitaire ; et traitement symptomatique de l’asthme.

    l’évolution est en général bénigne avec un excellent prornostic dans les formes modérées. les complications : multiples complications viscérales dans le syndrome de churg-strauss ; fibrose pulmonaire en cas de retard de traitement , la récidive est possible .

    FIN

  • Pneumopathie à mycoplasme

    https://photos.app.goo.gl/eNXu3JFa3aMVMFHc8

  • Le tilleul

    Au moyen âge, le tilleul était associé à la vierge-marie. Il fut surnommé l’arbre de la liberté par les révolutionnaires de 1789 . il est aussi appelé tilleul à feuilles en coeur ou tilleul des bois.

    Ce sont des arbres melliferes. Le tilleul à petites feuilles (tilia cordata) est l’une des principales espèces cultivées

    *Ceuillez les grappes de fleurs une fois ouvertes. N’attendez pas que les pétales tombent pour récolter, car les fruits se développant sont narcotiques.

    Parmi les autres espèces utilisées en Phytotherapie il y a le tilleul commun ou intermédiaire et le tilleul â grandes feuilles.

    en Phytotherapie : les parties utilisées sont les fleurs avec les bractees. (les bractees sont une pièce florale en forme de feuilles pour former l’inflorescence). Voir l’image ci- dessous

    -les fleurs de tilleul sont souvent préparées en tisanes pour aider au sommeil souvent chez les enfants.

    -la plante a des propriétés sedatives et apaisantes sur les nerfs et les muscles.

    -elles sont aussi prescrites dans l’arteriosclerose.

    -nous prescrivons ces fleurs dans certains cas de troubles circulatoires: ils détendent les parois des vaisseaux sanguins et sont utilisées pour diminuer la tension artérielle.

    Elles sont efficaces contre les etats febriles comme les rhumes ou la grippe.

    Nb: les fleurs de tilleul sont contre indiqués chez les femmes enceintes ou qui allaitent.

    FIN

  • pneumopathie virale

    ce sont des infections pulmonaires à virus, très fréquentes ,très contagieuses et se propageant sur un mode épidémique. le diagnostic de certitude est difficile à établir .

    LES ETIOLOGIES: 1/Virus à ARN: influenza A, B , C (grippe) -para-influenza 1 ,2 3, 4 -virus respiratoire syncytial(vrs) -virus ourlien -virus de la rougeole -virus coxsackie A et B -virus echo 2/virus à ADN: -adénovirus(surtout chez l’enfant) -virus de la varicelle et du zona -cytomégalovirus(surtout chez le patient immunodéprimé) -virus d’epstein barr -virus herpes simplex vous remarquerez que le coronavirus n ‘est pas mentionné car c’est le nouveau virus apparu en 2019 que nous ne connaissons pas encore très bien.

    LES FACTEURS DE RISQUE:c’est l’immunodépression , la vie en collectivité , le terrain à risque (comme l’insuffisant respiratoire , cardiaque ou diabétique) et le patient âgé.

    LE DIAGNOSTIC: après une atteinte des voies aériennes supérieures succède : -une fièvre élevée superieure à 37 degrés ; des frissons ; une toux sèche, quinteuse , douloureuse ; des myalgies et des maux de têtes ; asthénie ; auscultation normale ou des ronchus. le examens diagnostiques spécifiques n’ont aucun interet en pratique courante ; cependant des sérologies sont faites pour un diagnostic rétrospectif ; et l’identification du virus par immunofluorescence et culture à partir de prélèvements de gorge , de sang , de selles , et du lavage broncho-alvéolaire sont pratiqués. la démarche diagnostique consiste en un diagnostic clinique et radiologique(teléthorax) ; parfois prélèvements microbiologiques,notamment lavage broncho-alvéolaire.

    un résumé sur le traitement:les produits de référence contre les virus , nous avons : amantadine ; aciclovir ; ganciclovir. chaque médicament avec ses indications selon l’âge et ses contre indications. les antibiotiques seront prescrits en cas de surinfection.

    LES COMPLICATIONS: à type de surinfection bacctérienne(pneumocoque , staphylococcus aureus , hemophilus influenzae et autres). aussi épanchement pleural et péricardite ; l’insuffisance respiratoire aigue ; et le SDRA.

    l’évolution est le pronostic le plus souvent favorable en qqs jours à une semaine une asthénie résiduelle fréquente est observé. cependant elle peut être marquée par le décès possible chez l’enfant (adénovirus et VRS); chez l’adulte aussi(influenza) et en cas d’immunudépression ou de terrain à risque.

    NB: en cas de grossesse: éviter tout contact avec les patients infectés par le virus . les antiviraux sus cités sont tous contre indiqués chez ces femmes.

  • Dahmane El Harachi comme vous ne l’avez jamais vu !-operanewsapp

    https://www.operanewsapp.com/dz/fr/clip-viral/video?post_id=P-RG6NPnPjo&request_id=NEWS_RELATED_cd67fdf3-cf7b-44b0-9b46-2e35244f2055&from=news

  • photos chambre d’inhalation

    https://images.app.goo.gl/DxkVsjFFgwmonNFYA

  • l’asthme
    photo : Chambre d’inhalation

    l’asthme est une maladie des voies aériennes qui se caractérise par des épisodes d’obstruction bronchique réversible spontanément ou sous traitement . la crise peut être modérée ou sévère. cliniquement , elle se manifeste par une difficulté respiratoire, une dyspnée qui peut parfois être chronique . la respiration sifflante appelée wheezing est caractéristique de l’asthme . mais l’asthme peut aussi se manifester par une simple toux isolée.

    l’asthme est une maladie très fréquente toucant 5/100 de la popoulation générale et 8/100 des enfants d’âge scolaire .

    les symptômes aigus sont dus au rétrécissement du calibre des bronches lui meme dû à plusieurs mécanismes tels que la contraction du muscle lisse bronchique , l’oedème et l’inflammation de la muqueuse bronchique et l’hyper sécrétion muqueuse .

    -il n’y a pas de transmission génétique clairement identifiée , mais une prédisposition familiale nette avec terrain atopique incluant l’hyperréactivité bronchique , la rhinite allergique et la dermatite atopique est observée

    -50/100 des asthmatiques sont des enfants de moins de 10 ans . chez l’adulte l’asthme débute le plus souvent entre 16 et 40 ans mais peut survenir à n’importe quel âge.

    LES ETIOLOGIES : – allergies 😦 pollens ; poussières de maisons:acariens ; animaux comme les chats ; plumes ; moisissures ; allergènes professionnels)

    -autres facteurs déclenchants : ( infections ORL ou bronchiques en particulier virale ; fumée de cigarettes ou autres polluants ; aspirine, tartrates , b-bloquants meme sous forme de collyres : exercice ; RGO ; sommeil ; rire ; stress ; règles )

    LES FACTEURS DE RISQUE : antécédants familiaux , terrain atopique , infections virales bronchiques durant l’enfance .

    LA CLINIQUE :

    -en dehors des crises : il n’ y a pratiquement pas de symptômes et l’examen clinique est normal. cependant les explorations (EFR) peuvent être perturbées.

    -pendant une crise nous observons : dyspnée , respiration sifflante , toux , augmentation ¨tachypnée¨ ou diminution ¨bradypnée¨ de la fréquence respiratoire , expiration prolongée , wheezing à l’auscultation , hypersonorité à la percussion , et une distension thoracique .

    -des signes de gravité doivent être recherchés : à type de dyspnée intense , d’une dyspnée au repos (orthopnée) , tachypnée supérieur à 30/mn ,, cyanose , sueur , diminution du murmure vésiculaire , tirage et mise en jeu des muscles respiratoires accéssoires , tachycardie supérieur à 120/mn , pouls paradoxal sup à 20mmhg , signes d’insuffisance cardiaque droite avec angoisse agitation et troubles de la conscience .

    -LES EXAMENS DE LABORATOIRE : hyperéosinophilie modérée ; augmentation desIgE totales et parfois des IgE spécifiques à certains allèrgènes , hypoxémie et hypocapnie lors d’une crise , une normocapnie témoigne d’une crise sévère.

    faire un téléthorax

    LA DEMARCHE DIAGNOSTIQUE : en dehors des crises la normalité de la clinique et l’interrogatoire permettent de faire le diagnostic. en cas de doute une hyperréactivité bronchique doit être rechercher aux EFR . la fibroscopie n’a pas d’indications . le problème reste d’apprecier la gravité de l’asthme :

    1/par l’interrogatoire : fréquences des crises ; horaires ; nocturnes ou pas ; gravité des crise (hospitalisations , réanimation , ventilation assistée…) et la réponse aux traitements

    2/ par les EFR : syndrome obstructif en dehors des crises ; réversibilité complète ou partielle après b-mimétiques ou après corticoides ?

    QUELQUES GRANDES LIGNE DU TRAITEMENT BRIEVEMENT : il y a 5 grandes classes de traitements anti- asthmatiques :

    -cromones comme le cromoglycate sodique

    -stéroides comme la prednisone

    -b-agonistes comme salbutamol

    -methylxanthines comme la theophylline

    -anticholinergiques comme l’atropine

    d’aures traitements sont aussi utilisés : il s’agit du kétotifène, anti histaminiques H1 , du methotrexate et les antibiotiques en cas de signes infectieux.

    LES CONTRE-INDICATIONS: sont les sédatifs , les mucolytiques et éviter absolument les b-bloquants. le nédocromil sodique est contre indique avant l’age de 12 ans.

    LES MESURES GENERALES ET HYGIENO-DIETETIQUES : éviction allergéniques et des irritants ; l’education des patients est primordiale ; un traitement de fond anti inflammatoire comme le cromoglycate ou les corticoides inhalés doit être débutée précocément ; la prise de b-mimétiques doit être faite à la demande et la désensibilisation est à envisager . ; rechercher et controler les facteurs de risque ; comprendre l’interet du DEP ; vaccination contre la grippe ; eviter l’aspirine ; eviter les tartrates et les sulfites qui sont des additifs alimentaires.

    DEP= débit expiratoire de pointe. l’obstruction bronchique peut être suivie et apprécié à domicile et en consultation par la mesure du DEP avec un dédit-mètre de pointe

    VEMS=volume expiratoire maximal par seconde

    LES COMPLICATIONS: à type d’etat de mal asthmatique ; insuffisance respiratoire et ventilation mécanique ; atéléctasie ; paralysie flasque après crise sévère et décès ; pneumothorax ; sécrétion inappropriée de l’hormone anti- diurétique ; anomalies du métabolisme de la théophylline .

    EVOLUTION ET PRONOSSTIC : excellent si bonne prise en charge , moins de 50/100 des enfants ashmatiques restent ashmatiques en grandissant , risque de mortalité augmentée si plus de 3 consultations en urgence /an , des symptomes nocturnes , des hospitalisations en réanimation et de la corticodépendance ainsi que les antécédants d’asthme syncopal .

    CAS DE LA GROSSESSE : l’asthme ne se modifie pas dans 50/100 des cas . semble s’améliorer dans 25/100 des cas et s’aggraver dans 25/100 des cas . savoir que le kétotifène est contre -indiqué dans le premier trimestre de la grossesse

    FIN

  • Musique chaabi

    https://www.facebook.com/100043916825606/posts/185217129618847/?sfnsn=mo&d=n&vh=i

  • l’atelectasie

    l’atelelectasie est un collapsus alvéolaire résultant d’une obstructiondes voies de conduction distales . il s’agit d’un territoire normal non ventilé. la vascularisation de ce territoire est généralement diminuée. Latélectasie peut êtresymptomatique ou non . la découverte en est alors fortuitesur un téléthorax. le diagnostic et le traitement dépendent de la cause .

    http: //www.facebook.com/Medecine512

    LES CAUSES:

    -sténose intrèsèque : tumorale ( cancer broncho-pulmonaire ; métastase pulmonaire ) ; infectieuse ( tuberculose ) ; inflammatoire ( sarcoidose) ; corps étrangers ; bouchons muqueux lors de la ventilation artificielle , l’asthme ou la mucoviscidose ;

    -compression extrinsèque : tumorale ; infectieuse ; inflammatoire ; adénopathie en cas de tuberculose ; cardio-vasculaire (anévrysme de l’oreillette droite )

    LES FACTEURS DE RISQUE : dépendent de la cause . après une anésthesie , une atélectasie est plus fréquente chez le fumeur, le patient obèse et en cas de thorax court et large .

    LES SIGNES CLINIQUES:

    -petite atélectasie le plus souvent asymptomatique

    -atélectasie importante : une tachypnée avec toux , matité à la percussion , une absence du murmure vésiculaire si sténose d’un gros tronc bronchique , diminution de l’ampliation thoracique du côté de l’atélectasie et parfois un wheezing .

    DEMARCHE DIAGNOSTIQUE : faire un téléthorax ; fibroscopie bronchique pour un diagnostic étiologique et parfois traitement par exemple d’un corps étranger , ou bouchon muqueux .

    LE TRAITEMENT selon l’impotance de l’atélectasie : asssurer une bonne oxygénation et humidification , kinesithérapie respiratoire et drainage postural

    la résolution est souvent spontanée ; trt chirurgical rarement indiqué sauf si complications

    LA SURVEILLANCE: selon la cause et l’état du patient . si un asthme ou une infection se complique d’atélectasie une visite tous les mois est sufisante ;

    les complications à type de bronchectasies localisées , d’infection , de fibrose et de lésions du parenchyme pulmonaire .

    L’EVOLUTION ET LE PRONOSTIC SONT GENERALEMENT TRES BONS .

    FIN

  • Regardez « L’atélectasie » sur YouTube

    https://youtu.be/TnmNGdyYlZghttp://www.facebook.com/medicine512

  • cancer bronchopulmonaire primitif

    le caner bronchopulmonaire primitif (CBPP) est classé dans les maladies longues et coûteuses , c’est une affection de longue durée.

    ils sont classés en deux catégories :

    -carcinomes non à petites cellules : comprennent les carcinomes epidermoides (les plus fréquents ) ; les adénocarcinomes ; et les carcinomes à grandes cellules.

    -carcinomes à petites cellules

    -les autres pathologies pulmonaires malignes d’histologie très diverses mais peu fréquentes comme les lymphomes et les sarcomes

    atteint les adultes entre 50 et 70 ans

    LES CAUSES : -en chef lieu le tabac , le tueur universel

    • exposition à l’amiante
    • composés radioactifs inhalés (uranium surtout)
    • certains métaux (arsenic ; bretyllium ; nickel et le fer )
    • methylethers (cancers à petites cellules)
    • chlorure de vinyle
    • fibrose pulmonaire associée ou non à la sclérodermie
    • peut être la pollution

    LES SIGNES CLINIQUES :

    -la clinique peut etre asymptomatique et de découverte fortuite classique ou radiologique

    -crachats d’une quantité petite à moyenne de sang provenant des voies aeriennes lors d’un effort de toux appelée hémoptysie. ce sang est rouge et aéré .c’est une urgence.

    -toux , dyspnée et wheezing

    -bronchpneumopathies récidivantes dans le meme territoire

    -signes d’extension locorégionale: douleur pariétale , cornage , syndrome de Claude bernard horner, adénopathie sus claviculaire, dysphagie , etc…

    -signe de métastase à type de douleur osseuse et de trouble neurologique

    -syndrome paranéoplasiquee

    -et en dernier altération de l’état général

    QQS EXAMENS COMPLEMENTAIRES : NFS et VS pour le syndrome inflammatoire

    -ionogramme sanguin et calcémie pour les troubles electrolytiques)

    -marqueurs tumoraux pour suivre lévolution sous traitement

    -le bilan préopératoire doit comporter des EFR et des gaz du sang ainsi qu’une scintigraphie pulmonaire de perfusion

    -et l’anatomo-pathologie doit etre faite selon le type de carcinome

    les examens diagnostiques spécifiques comporte la fibroscopie bronchique avec biopsies bronchiques du bourgeon endobronchique ; ponction sous scanner ; thoracotomie exploratrice ; mediastinoscopie et la ponction-biopsie d’une métastase

    L’IMAGERIE : le teléthorax ; scanner thoracique ; scanner surrénalien et cérébral ;échographie hépatique ; scintigraphie osseuse à la recherche de métastases dans le cadre du bilan d’extension

    QQS NOTIONS SUR LE TRAITEMENT: hospitalisation pour résection chirurgicale selon l’indication ; cures de chimiothérapie et la radiothérapie est généralement ambulatoire. plus des traitements symptomatiques : antalgiques , anti-émétique et pour les vomissements induits il existe des plantes efficaces ; traitement d’un syndrome cave superieur par corticoides et anticoagulants ,trt d’une hypercalcémie etc…

    LA SURVEILLANCE, LES MESURES A PRENDRE , COMPLICATIONS ET LE PRONOSTIC

    si resection chirurgicale cela se fera selon la symptomatologie ,l’intervalle sera déterminé par votre chirurgien

    l’arret du tabac est impératif et éviter au maximum l’exposition à l’amiante

    les complications sont les récidives locales et les métasstases

    dans les cancers à petites cellules les rechutes sont très fréquentes

    remerciements

  • la préparation des remèdes

    dans cet article , je vais vous présenter le mode d’emploi et d’utilisation des plantes donc il ya les infusions , les décoctions , les teintures et les sirops par voie interne ; en revanche les huiles macérées ,les compresses et les cataplasmes relèvent d’un usage externe. certains principes actifs des plantes sont trés sensibles dans l’eau , tandis que d’autres nécéssitent un processus d’extraction plus energique, à base d’alcool.

    les infusions

    une infusion est une tisane préparée en versant de l’eau bouillante sur la plante fraîche ou séchée. ce procédé est adapté aux parties fines et délicates des plantes: pétales , feuilles et autres parties aériennes.

    -placez la quantité requise de plante séchée (ex la camomille sur le schéma) ou de plante fraîche hachée dans une theière .

    -versez 200ml d’eau bouillante sur la plante, puis mélangez. remettez le couvercle pour pieger la vapeur et empêcher l’évaporisation de l’huile essentielle.

    -laissez infuser 10 à 15 minutes

    -mélangez puis versez l’infusion dans la tasse, en la filtrant.

    utilisation: boire 1 tasse 3fois / jour pendant plusieurs semaines pour les affections chroniques ou jusqu’à 6 tasses / jour pendant une plus courte durée pour les affections aigues

    note : les infusions se conservent mal , il est préférable de les préparer au gré de vos besoins.

    les decoctions

    une décoction est une tisane obtenue en faisant bouillir une plante dans l’eau. cette technique est particulièrement adaptée aux fragments les plus durs de la plante . (écorce , racines, brindilles , graines …)et permet d’en extraire un maximum de principes actifs solubles .

    -broyez la quantité requise de plante séchée (ex racine de pissenlit sur le schéma) jusqu’à obtention d’une poudre épaisse

    -dans une casserole, recouvrez la poudre de 500 ml d’eau froide et mélangez. portez doucement à ebullition. baissez le feu, couvrez et laissez mijoter pendant 10 à 15mn. si le feu est encore trop fort, utilisez un bain-marie.

    -mélangez, puis versez dans une tasse, en filtrant.

    utilisation : boire 1 tasse 3 fois/jour pendant plusieurs semaines pour les affections chroniques ou jusqu’à 6 tasses/jour sur une plus courte durée pour les affections aigues

    conservation; les décoctions se conservent jusqu’à 3 jours au frais. si vous en avez le temps, il est préférable de préparer une décoction fraîche à chaque utilisation.

    les teintures

    beaucoup des principes actifs des plantes médicinales peuvent être extraits avec de l’alcool, qui constitue en outre un excellent conservateur . les phytothérapeutes ont recours à des extraits alcooliques liquides pour prescrire et préparer des traitements individualisés.

    réservés à une utilisation professionnelle , les extraits liquides des plantes sont élaborés à partir d’une teneur élevée en éthanol. en général , 1 partie de drogue végétale est extraite dans 1 ou 2 parties d’alcool

    des préparations moins concentrés , appelées teintures sont utilisées pour les plantes au goût puissant comme le gingembre , poivre de cayenne …, et pour celles devant être administrés à faibles doses comme l’absinthe.

    les teintures doivent toujours être rangés dans un endroit sûr et loin des enfants et strictements interdits lorsque la prise d’alcool est contre-indiqué.

    presque toutes les plantes peuvent être utilisés en teintures quelque soit la partie utilisée sauf celles qui renferment du mucilage comme la guimauve ou l’écorce d’orme rouge… qu’il vaut mieux faire macérer dans de l’eau.

    deux méthodes sont utilisés pour élaborer des teintures . à partir de plantes sèches ou ligneuse , ou à partir de plantes fraîches, plus fragiles.

    TEINTURES A PARTIR DE PLANTES SECHES:

    -prenez 40 grammes de plantes séchés. hachez ou broyez- les jusqu’à obtenir une poudre épaisse pour augmenter la surface de pénétration du liquide ( les bâtons de cannelles sur ce schéma présentent une grande surface de contact et il n’est pas nécéssaire de les hacher)

    -déposer la plante dans un grand récipent en verre avec un couvercle et versez 160 ml d’alcool ou de vodka si faits maison. la plante doit être entièrement recouverte. socker dans un endroit chaud (10à14 jours) et agitez 1ou2 fois/jour

    -filtrez à travers une étamine. pressez energiquement afin d’extraire le maximum de liquide

    -versez dans une bouteille en verre teinté , fermer et mettez une etiquette avec le nom de la pante et la date de préparation. cette recette permet d’obtenir 200ml de teinture environ

    -utilisation : à l’aide d’un compte-goutte, versez la dose prescrite dans 60 ml d’eau. la posologie habituelle est de 3 prises par jour

    -conservation de 6 à 12mois; refrigérez puis rangez dans un endroit sûr

    les sirops

    les sirops sont des liquides épais et sucrés aux propriétés adoucissantes , surtout utilisés pour calmer la toux et soulagez les maux de gorge .

    la guimauve , la réglisse ,le thym et le marrube blanc entrent souvent dans leur composition. ils peuvent être préparés à partir d’infusions ou de décoctions mais aussi élaborée avec une teinture et dans ce cas il a plus forte action thérapeutique.

    LES COMPRESSES

    une compresse est un tissu imbibé d’infusion que l’on applique sur la peau. les compresses sont employées pour calmer les maux de têtes et les douleurs , desinfecter les plaies et soulager la fatigue oculaire . renouvelez la compresse à chaque utilisation.

    -préparez une forte infusion de plantes séchées ,exemple les fleurs de lavande sur ce schéma avec 2 ou 3 cuillerées de café de plante séchée pour 250 ml d’eau

    -couvrez et laissez infuser pendant 10 à 15 mn , ôtez le couvercle et laissez refroidir jusqu’à une température agréable

    -imbibez un gant de toilette d’infusion et essorez-le ; appliquez sur la partie atteinte et recommencez l’opération

    LES CATAPLASMES

    un cataplasme est une préparation de plantes fraîches appliquée sur la peau. on l’utilise généralement pour le traitement d’affections musculaires ou osseuses : claquage , entorses et fractures . ou pour extraire quelque chose de la peau (enlevez une écharde ou faire mûrir un furoncle par exemple)

    -hâchez la plante sèche (les feuilles de consude par ex sur la photo) en quantité suffisante pour couvrir la partie douloureuse, déposez dans un récipient et réduisez en purée avec un mixeur , en ajoutant de l’eau si nécessaire

    -déposez la préparation sur une étamine pliée . étalez- la à l’aide d’une spatule de facon à répartir une couche fine sur une surface correspondant à la partie atteinte , mais avant appliquez de l’huile sur la partie atteinte pour éviter que le cataplasme colle à la peau.

    appliquez le cataplasme en recouvrant le tissu d’un film pastique pour le maintenir en place. recouvrez d’une bande si nécessaire vous pouvez le renouveler au bout de qqs heures ou bien le gardez toute une nuit .

    LES HUILES MACEREES

    la macération lente d’une plante dans de l’huile pendant plusieurs heures ou plusieurs jours permet d’extraire les composants solubles dans l’huile. la préparation obtenue est alors appliquée localement ou intégrée à une crème ou à une pommade . cependant elles sont trés differentes des huiles essentiellles employées en aromathérapie qui elles sont extraites des plantes par distillation .

    -la macération à froid convient aux plantes aux parties les plus fragiles comme les fleurs , les pétales et les feuilles . les plantes les plus souvent utilisées sont le souci pour les affections de peau comme l’eczema ; le millepertuis pour la nervosité ; la lavande et le romarin pour les douleurs musculaires.

    -1/ tassez les plantes sèches, mélangez doucement ou mettez dans un pot en verre non teinté jusqu’à 1cm du bord . versez de l’huile végétale ex l’huile d’olive jusqu’à ce que les plantes soient recouvertes de 5mm, mélangez doucement.

    -2/ pliez une étamine fine et placez la au dessus de l’huile. fermez le pot hermetiquement , agitez et placez le pot dans un endroit ensoleille et laissez reposer pendant 3 à 10 jours , agitez plusieurs fois par jour

    filtrez l’huile à travers la compresse fine au dessus d’un pichet propre . pressez l’étamine pour extraire le maximum d’huile de la plante .

    3/ verez l’huile dans un flacon en verre teinté sans y verser le depôt . fermez hermetiquement et mettez une etiquette avec le nom de la plante et la date

    la conservation jusqu’ à 6 mois au frais et à l’abri de la lumière . jetez la préparation s’il y a des signes de fermentation ou de rancissement

    les huiles macerees a chaud

    les huiles macérées à chaud sont préparées avec les parties les plus épaisses et les plus denses des plantes ainsi qu’avec certaines épices comme le poivre de cayenne , le poivre noir et le gingembre. , utilisées pour détendre les muscles et soulager les douleurs articulaires .

    pour les plantes sechées , la proportion est de 1 partie de plante pour 3 parties d’huile

    pour les plantes fraîches , elle est de 1 partie de plante pour 1,5 d’huile

    -hachez ou réduisez en poudre la plante par ex ici sur le schéma ce sont des petits piments frais ; versez dans une casserole et mélangez dans la quatité d’huile nécessaire . couvrez et placez la casserole dans une poele remplie d’eau jusqu’à la moitié ou un bain- marie . laissez frémir pendant 2à3heures sans faire bouillir l’huile.

    -laissez refroidir puis versez dans un pichet propre à travers d’une étamine , pressez- la pour extraire le maximum de la plante . . versez l’huile dans un flacon en verre teinté. et fermez hermetiquement

    utilisation : appliquez localement ou integrez à une crème ou une pommade . n’utilisez pas d’huile à base de plante épicées sur les peaux enflammées ou sensibles. evitez tout contact avec les yeux

    conservation jusq’à 6mois au frais et à la abri de la lumière . jetez la préparation dès les premiers signes de fermentation.

    REMERCIEMENTS

  • Regardez « L’appareil urinaire » sur YouTube

    https://youtu.be/LRHUyYtUTjQ

  • (pas de titre)

    https://fr.123rf.com/photo_93694587_le-m%C3%A9decin-urologue-montre-les-reins-sur-un-fond-bleu-.html?vti=nx2kvnk7hjdproqcap-1-1

  • Rein Banque D’Images Et Photos Libres De Droits – 123RF

    https://fr.123rf.com/images-libres-de-droits/rein.html

  • Regardez « L’appareil urinaire » sur YouTube

    https://youtu.be/LRHUyYtUTjQ

  • LA CYSTITE

    la cystite est une inflammation de la vessie, généralement d’origine bacterienne ; trés fréquente chez la femme entre 20 et50 ans ; et après 50ans chez l’homme

    LES CAUSES :

    -1/ les infections :- qd il y a une colonisation par voie ascendante (urètre , prostate ou vagin) ou bien une inoculation iatrogène. cette colonisation est rarement descendante comme la tuberculose ou hématogène comme la bilharziose

    -les bacilles à gram négatif (escherichia coli , proteus , klebsiella ou bactéries hospitalières)

    -cocci à gram positif: staphylococcus

    -tuberculose plus rarement et bilharziose et adénovirus 11 et 21 à l’origine de la cystite hemorragique

    2/medicaments : cyclophosphamide

    3/ lithiase

    4/corps etrangers chirurgicaux

    5/ stagnation vésicale souvent associée à une infection

    6/ cancer vésical

    7/ fistule vésicale à point de départ gynécologique

    8/irradiation

    9/instillations intravésicale

    10/ cystite interstitielle

    avec comme facteur de risque le sexe feminin ; les rapports sexuels ; les antécédants d’infections urinaires ; le diabète ; l’immunodepression ; modification de la flore vaginale par les spermicides…; grossesse ; obstruction des voies urinaires ; vessie neurologique ; sondage urinaire ; oxyurose ; ménopause ; prolapsus génital

    LA CLINIQUE :

    -l’absence de fièvre qui , si elle existe fait suspecter une pyélonéphrite ou une prostatite

    -une pollakiurie

    -brûlures mictionnelles

    -douleurs hypogastriques

    -modification de l’aspect des urines(troubles , hemorragique)

    EXAMENS COMPLEMENTAIRES : faire un E.C.B.U et une culture des urines avec antibiogramme

    UN RESUME SUR LE TRAITEMENT:

    -traitement etiologique

    -trt d’une cystite bacterienne par antibiothérapie et boissons abondantes

    -hygiène locale douce

    SURVEILLANCE ET MESURES HYGIENO6DIETETIQUES : si pas d’amelioration dans les deux jours , adapter le trt à l’antibiogramme

    eviter au maximum les manoeuvres invasives urologiques sinon une bonne antiseptie

    LES COMPLICATIONS : diffusion de l’infection à type de prostatite , de pyelonéphrite , bactériémie ou septicémie ; les récidives ;

    l’évolution est généralement bonne pour la cystite aigue bacterienne de la femme jeune ; elle reste variable selon les etiologies .

    LE CAS DE LA GROSSESSE : la grossesse est un facteur de risque de cystites aigues et de pyelonéphrites qui majorent le risque d’accouchements prématurés. on recommande les trts conventionnels pendant 10 jours ou courts de 3 jours avec une aminopenicilline.

    FIN

  • L’ENURESIE

    LA DEFINITION de l’enurésie : ce sont des mictions involontaires

    -énurésie nocturne : mictions involontaires durant le sommeil plus d’1 fois/mois pour les filles de plus de 5 ans et les garcons de plus de 6 ans

    -énurésie diurne: mictions involontaires durant la journée

    -énurésie primaire : enfants qui n’ont jamais eu de continence parfaite pendant une période prolongée (3 à 6 mois)

    -énurésie secondaire: retour des mictions incontrôlées aprés une période de continence urinaire

    elle survient chez 40/100 des enfants à 3 ans ; 10/100 à 6 ans ; 3/100 à 12 ans et 1/100 à 18 ans

    LES CAUSES :

    -énurésie primaire: savoir qu’elle est rarement un symptôme psychiatrique, neurologique ou organique. elle est habituellement fonctionnelle et non anatomique ; elle est due à la réduction de la capacité vésicale ou de contractions vésicales ; parfois malformations spinales (rare)

    -énurésie secondaire ou diurne : infection urinaire ; déficience de l’hormone antidiurétique ou atteinte rénale tubulaire ; glycosurie (glucose dans les urines) ; masse pelvienne ; et malformations spinales rares

    LES FACTEURS DE RISQUE étant les antecedents familiaux , le premier enfant est plus exposé que les autres

    LA CLINIQUE : l’interrogatoire est important ; les habitudes mictionnelles ; préciser les nuits sèches ou les journées sèches dans le mois .

    l’énurésie diurne est trés souvent associée à des impériosités, une dysurie ou des contractions vésicales non inhibés

    timidité ; enfant introverti ou au contraire agressif ; rechercher aussi des conflits familiaux .

    examens à faire : examen d’urine indispensable (glucose, proteine, sang, acetone ,ECBU) et test de grossesse au moindre doute

    si l’origne est organique : faire une echographie rénale ou une UIV . ou si origine neurologique faire une IRM dorsolombaire

    TRAITEMENT:

    -réapprendre ou apprendre à l’enfant à vider sa vessie

    -mictions à heures régulières

    -diminuer les apports hydriques 2 heures avant le coucher

    -protection du lit de l’humidité: l’enfant portera un pyjama sans couches. une serviette peut etre mise sur le lit juste au dessus d’une alèze plastifiée

    -responsabilisez l’enfant pour changer son pyjama , enlevez la serviette et se remettre à sec

    -encouragez l’enfant à se lever la nuit . et evitez de le punir pour des nuits mouillées , félicitez le pour les nuits sèches.

    la reeducation vésicale peut etre une aide d’appoint

    • certains préconisent l’hypnose. les alarmes pipi-stop ont un bon pourcentage de succes
    • si l’énurésie pose à l’enfant des problèmes d’intégration sociale , on doit avoir recours aux traitements médicaux
    • 2 medicaments sont utilisées : imipramine ou la desmopressine uniquement prescrits par votre medecin !! car contre indications et effets secondaires

    EN SURVEILLANCE : suivi tres regulier en consultation avec un soutien psychologique

    FIN

  • L’HYDRONEPHROSE

    C’est une dilatation uni ou bilatérale des cavités pyelo-calicielles fonctionnelle ou organique par obstacle intrinsèque ou extrinsèque

    il y a deux âges de prédilection: à la naissance par anomalies congenitales et après 60 ans

    LES CAUSES :

    -intrinsèques congenitales : sténose uréthrale ou uréthérale ; agénésie ; trouble de la dynamique urétérale ; anomalies de la moelle epinière

    -intrinsèques acquises : lithiase rénale, caillot ; cancer du rein ,de la vessie , des voies urinaires ; aussi polype, sténose , phimosis ; nécrose papillaire ; urétérocèle ; traumatisme medullaire ; accident vasculaire ou tumeur medullaire ; anticholinergiques ; maladies infectieuses (mycoses , granulomes tuberculeux , bilharzioses)

    -extrinsèques : pathologies rétropéritonéale (néoplasie, abcès, hématome, fibrose, anévrisme) ; maladie de chron ; lymphocèle ; hydrocèle ; pathologies gynécologiques

    -fonctionnelles congénitales : mega-uretère ; syndrome de prune-belly

    -fonctionnelles acquises : diabète ; grossesse ; reflus vésico-ureteral ; post-chirurgical

    avec comme facteur de risque: l’irradiation , tumeur prostatique , lithiase urinaire , maladie hemorragique , médicaments (anticholinergiques , methysergide) ; facteurs favorisant une nécrose papillaire comme l’abus de médicaments antalgiques, diabète sucré , drépanocytose

    LA CLINIQUE: peut etre aigue ou chronique et etre asymptomatique

    -sinon se manifeste par une colique nephretique, une anomalie du volume de la diurèse qui est variable

    -dysurie , mictions imperieuses

    -infection urinaire

    -masse abdominale

    -soif et oedèmes

    HTA ou majoration d’une HTA ancienne

    LES EXAMENS : parfois augmentation de la creatinémie ; acidose métabolique et hyperkaliémie

    A l’anatomie pathologie : nous retrouvons un cortex rénal fin, destruction de la medullaire

    EXAMENS COMPLEMENTAIRES : echographie rénale ou on constate une dilatation des cavités pyelo-calicielles , lithiase ou une tumeur . l’UIV pour la localisation de l’obstacle et en fonction de la cause scanner ou IRM

    TRAITEMENT : le traitement est ambulatoire et consiste en des mesures générales et des gestes de drainage que je ne vais pas detailler dans cet article , ceci relevant de gestes specialisées . je citerai les plus importants comme le drainage de l’hydronephrose pour preserver la fonction rénale ou la sonde vésicale pour une hypertrophie prostatique ou juqu’à la nephrectomie.

    POUR LA SURVEILLANCE : eviter les medicaments anticholinergiques en cas d’obstruction des voies urinaires et eviter la deshydratation en cas de lithiase urinaire

    LES COMPLICATIONS : à type d’infections urinaires et systémiques et l’insuffisance rénale

    l’évolution est excellente en cas de levée définitive de l’obstacle avant la dégradation irréversible de la fonction rénale

    NB: chez le sujet âgé l’hydronephrose est souvent dus chez l’homme aux tumeurs prostatiques.

    REMERCIEMENTS

  • Anis de l’Inde

    Nounkha ou l’anis de l’Inde est une dénomination latine internationale :

    C’est une plante aromatique tolérant parfaitement la sécheresse , à belles ombelles de fleurs blanches donnant à maturité des graines riches en essence et à forte odeur aromatique caractéristique du thymol originaire d’Inde.

    Le fruit qui fournit l’huile essentielle de nounkha ou d’ajowan est considéré comme une panacée en médecine indienne , très utilisée en cuisine indienne et libanaise dans les pains et pâtisseries, les graines sont aromatiques et légèrement piquantes, au goût de thym avec soupçon de cumin et touche de nigelle.

    Propriétés de la plante : tonique , diurétiques, favorise les sécrétions salivaires, gastriques et biliaires. , augmente les mouvements peristaltiques intestinaux , diminue l’agrégation plaquettaire et est antimicrobienne.

    Indication de la plante entière :

    Grippe, fièvres, dyspepsies intestinales , flatulences, diarrhées et vers intestinaux.

    Il est déconseillé chez l’enfant de moins de 6 ans, chez la femme enceinte ou allaitante, pas d’usage prolongé , peut donner une irritation cutanée,

    le thymol ne présente pas de risque toxique qu’à de très fortes dose. Les allergies sont rares.

    Remerciements

  • Anis de l’Inde
  • VID20200717070848.mp4. Insuffisance rénale aiguë

    https://phytothrapielpb.files.wordpress.com/2020/07/vid20200717070848.mp4

  • LE GINGEMBRE

    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=162510935368065&id=101286744823818&sfnsn=mo

  • LITHIASE RENALE

    C’est la présence de calculs dans les cavités excrétrices rénales responsables de douleur, infection et obstruction

    les calculs se forment initialement dans le rein et suivent le conduit urinaire.ils se bloquent généralement à 3 niveaux:

    -à la jonction pyelo-urétérale

    -au croisement de l’uretère et des vaisseaux iliaques

    -à la jonction urétéro-vésicale

    les calculs sont de 4 types: calciques(80/100° , uriques(5/100) , cystiniques ( 2/100) , et calculs de struvite

    l’âge d’apparition entre 30 et 50 ans

    LES CAUSES:

    1/sursaturation de l’urine en sels lithogènes

    2/calculs calciques: hypercalciurie ; deshydratation : intoxication à la vitamine D ; hyperoxalurie ; acidose tubulaire distale

    3/ calculs uriques

    4/ calculs cystiniques: hemocystinurie

    5/ calculs de struvite : par ph alcalin, en règle secondaire à une infection à germes uréasiques ( proteus mirabilis)

    FACTEURS DE RISQUE : facteurs intrinseques (acidose tubulaire rénale ; cystinurie ; anomalies génétiques) ; et les facteurs extrinsèques ( (geographiques, climatiques , et saisonniers , faible hydratation , régime hyperprotidique, vie sédentaire)

    CLINIQUE:

    -parfois asymptomatique de découverte radiologique fortuite

    -ou infections urinaires recidivantes

    -colique nephretique avec douleur lombaire irradiant en bas et en avant sans position antalgique ou bien des acces paroxystique et une hématurie

    -des signes digestifs à type d’ileus reflexe

    EXAMENS BIOLOGIQUES:

    . NFS ainsi qu’une fonction rénale(urée; créatinemie)

    .ECBU: hématurie presque constante ; pyurie ; bactériurie ; présence de cristaux ph acide ou alcalin dans le cas de struvite

    . bilan phosphocalcique

    .et en fonction du contexte , mesure de l’excrétion urinaire d’oxalates et de citrates

    LES EXAMENS RADIOLOGIQUES :

    -ASP: face incidences obliques ): 90/100 des calculs sont radio- opaques. les calculs d’acide urique sont eux radio- transparents

    • UIV : evalue le degré de l’obstruction etc…
    • echographie rénale : pour l’appreciation du retentissement rénal
    • scanner: interet pour le diagnostic differentiel
    • urétéro-pyélographie rétrograde :rarement nécessaire en cas de doute ou d’allergie à l’iode

    TRAITEMENT: sans trop m’étaler , je vous donne juste les directives :

    c’ est un traiement ambulatoire et dans les cas graves hospitalisation

    -sédation de la douleur

    • restriction hydrique en période douloureuse et boissons abondantes en dehors des crises
    • tamisage des urines
    • traitement de la lithiase: lithotrypsie extracorporelle ; urétéroscopie ; chirurgie à ciel ouvert etc…

    ainsi que le trt selon le type de calculs ,donc nous avons :

    -calcul calcique par hypercalciurie: diurétiques thiazidiques

    -calcul calcique par hyper uricosurie: régime , allopurinol

    -calcul calcique par hyperthyroidie primaire : chirurgie parathyroidienne

    -calcul calcique par hyperoxalurie intestinale: colestyramine , charge orale en calcium

    -calcul calcique idiopathique: boissons abondantes ; phosphore per os

    voici donc qqs exemples mais il yen a plein d’autres ;je nepeux tous les énumérés ici .

    EN CE QUI CONCERNE LE REGIME : il doit etre pauvre en graisses animales ; riche en fibres (son) ; boissons abondantes en l’absence de douleurs ; regime pauvre en methionine en cas d’hypercystinurie

    QUELS SONT LES MEDICAMENTS UTILISES:

    -antalgiques parfois jusqu’aux morphiniques

    -anti-inflammatoires non steroidiens(AINS) en cas de colique nephretique

    -antispasmodiques

    -alcalinisants urinaires (bicarbonate de sodium…) pour obtenir un PH urinaire

    SURVEILLANCE : par l’ASP ; UIV; tamisage des urines jusqu’au recueil des calculs ? généralement il y a régression en moins d’ un mois

    COMPLICATIONS:

    -obstruction complète , dilatation de la voie excrétrice et une insuffisance rénale

    -l’infection et la récidive

    En règle générale la guérison est de mise , 80/100 des calculs sont émis dans les 48h à 72 h. et des récidives jusqu’a 50/100 dans les 5 ans

    CAS DE LA GROSSESSE:

    prise en charge hospitalière ; allopurinol, D-penicillamine,certains antalgiques sont contre indiqués. les antispasmodiques doivent être evités en fin de grossesse. la colestyramine est à éviter

    FIN

L’acné rosacee

Connaissez-vous l’acné rosacee ?

C’est une dermatite chronique faite d’erytheme(rougeurs),de papules et pustules au niveau des joues et du nez à l’âge de 30-50ans surtout chez les femmes.

À différencier avec l’acné car les comedons sont rares.

La clinique est faite de flushs prédominants après les repas et une conjonctive rouge.

Les causes sont inconnues. Nous pouvons incriminer l’alcool, le thé, la nourriture épicées et des facteurs psychologiques.

Je vous remercie.

L’acné

L’acné est une maladie inflammatoire de la glande sebacee favorisée par les androgènes. Chez les garçons, l’acné est plus sévère que chez les filles. Il se voit à la puberté parfois jusqu’à 30-40ans.

Le soleil, l’adolescence, certaines pilules contraceptives, les cosmétiques gras, un climat chaud et humide sont des facteurs de risque de l’acné.

Ses symptomes sont :

-les comedons, microkystes, nodules et papules inflammatoires, les pustules ainsi que les cicatrices qui apparaissent au niveau du front, des joues, du nez et peuvent s’étendre au dos et la face antérieure du thorax.

Bien à vous.

Dr Nabila.

Présentation personnelle (exemple d’article)

Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

Quel est votre objectif ?

  • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
  • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

  • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
  • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
  • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
  • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.

Présentation personnelle (exemple d’article)

Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

Quel est votre objectif ?

  • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
  • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

  • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
  • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
  • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
  • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.

Présentation personnelle (exemple d’article)

Voici un exemple d’article, publié initialement dans le cadre de la Blogging University. Inscrivez-vous à l’un de nos dix programmes et lancez votre blog.

Vous allez publier un article aujourd’hui. Ne vous inquiétez pas pour l’apparence de votre blog. Ne vous inquiétez pas si vous ne lui avez pas encore donné de nom ou si vous vous sentez dépassé. Cliquez simplement sur le bouton « Nouvel article » et dites-nous pourquoi vous êtes ici.

Quel est votre objectif ?

  • Vos nouveaux lecteurs ont besoin de contexte. De quoi parlerez-vous ? Pourquoi devraient-ils lire votre blog ?
  • Cela vous aidera à vous concentrer sur vos idées à propos de votre blog et sur la façon dont vous souhaitez le développer.

L’article peut être court ou long, contenir une introduction personnelle sur votre vie, décrire la mission de votre blog, présenter un manifeste pour l’avenir ou énoncer simplement vos sujets de publication.

Pour vous aider à commencer, voici quelques questions :

  • Pourquoi créez-vous un blog public au lieu de tenir un journal personnel ?
  • Quels seront les thèmes que vous aborderez ?
  • Quelle est la cible privilégiée de votre blog ?
  • Si votre blog passe la première année avec succès, qu’espérez-vous avoir accompli ?

Répondre à ces questions ne vous enferme pas définitivement dans une voie. Ce qui est magnifique avec les blogs, c’est qu’ils sont en constante évolution au fur et à mesure de vos apprentissages, de votre développement et des interactions avec autrui. Il est toutefois opportun de savoir où et pourquoi vous vous lancez. L’articulation de vos objectifs peut simplement contribuer à apporter de nouvelles idées d’articles.

Vous ne savez pas trop comment commencer ? Écrivez simplement la première chose qui vous passe par la tête. Anne Lamott, auteur d’un excellent livre sur le processus d’écriture, affirme qu’il est nécessaire de s’autoriser un « premier jet bordélique ». C’est un enseignement essentiel : commencez par écrire, vous vous occuperez de retoucher votre texte plus tard.

Une fois que vous êtes prêt à publier, attribuez à votre article trois à cinq étiquettes qui décrivent son sujet : littérature, photographie, fiction, parentalité, alimentation, voitures, films, sports, etc. Ces étiquettes aideront les internautes intéressés par ces sujets à vous trouver dans le Lecteur. Veillez à ce que l’une de ces étiquettes soit « zerotohero », afin que les nouveaux blogueurs puissent vous trouver également.

ÉNERGIOLOGUE

"La vie est née d’une vibration, elle est entretenue par les vibrations et elle meurt en l’absence de vibration " - Lakovski

Voyage Garage Potage

Un beau mélange pour vous inspirer au quotidien

Assistance WordPress.com

Consultez notre site d'assistance pour en savoir plus sur votre site et la manière de tirer le meilleur profit de WordPress.

AUTONOMIE JARDIN

POUR LA PROTECTION DE LA NATURE, ET LA DIFFUSION DE LA PERMACULTURE

Didi...Di...Nou...Tou...

Parce que la nature a tant à nous offrir

Cinemu

Du ciné, des séries, de la musique, mais en mieux

WordPress.com en français

Toutes les nouvelles de la communauté WordPress.com